Les dessous du budget d’Obama

Le 15 février 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Comment économiser 1.000 milliards de dollars en 10 ans ?
Comment économiser 1.000 milliards de dollars en 10 ans ?

Dans son projet de budget 2012, le président américain a promis de faire économiser à l’hyperpuissance 1.000 milliards de dollars en 10 ans. Ce qui n’est pas sans conséquence sur les ministères participant à la gestion de l’environnement.

 

Barack Obama a pris son opposition au mot. Les républicains militent pour diminuer le budget de l’Etat fédéral. Dans le projet de budget 2012, qu’il a présenté lundi 14 février, le président américain propose ni plus ni moins de faire réaliser aux Etats-Unis 1.000 milliards de dollars d’économie en 10 ans (739,12 milliards d’euros).

 

Ambitieux, l’objectif déçoit déjà, y compris les partisans du président démocrate. Le chef de la Commission budgétaire du Sénat, le démocrate Kent Conrad, a jugé nécessaire «un ensemble de mesures de réduction du déficit et de la dette à moyen et long terme bien plus énergique».

 

En décembre dernier, une commission indépendante, réunie à la demande de la Maison blanche, avait préconisé d’économiser 4.000 milliards $ (2.956,50 milliards €) en 10 ans. On est effectivement loin du compte. D’autant que les hypothèses prises par les économistes du gouvernement peuvent, dans bien des cas, sembler très optimistes.

 

Le gouvernement estime pouvoir obtenir un recul annuel du ratio du déficit au PIB de 3,9 points: du jamais vu depuis la fin de la seconde guerre mondiale! Il parie pour cela sur une nette accélération de la croissance économique, à 3,6% en 2012, contrairement au Fonds monétaire international qui a pronostiqué en janvier un ralentissement de la croissance du pays à 2,7% cette année-là.

 

Important pour les uns, insuffisant pour les autres, le projet de budget 2012 devrait affecter bon nombre de budgets, et notamment ceux du secrétariat à l’énergie (DOE, selon l’acronyme anglais) et de l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA).

 

Confirmant son objectif d’abattre de 17% les émissions de gaz à effet de serre américaines entre 2005 et 2020, le président Obama entend donner un coup de fouet aux énergies «décarbonées». Avec une dotation de 29,5 milliards $ (21,8 milliards €), le DOE devrait voir progresser de 4,2% son budget annuel. Les crédits dédiés aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique seront augmentés de 46% (3,2 milliards $ -2,36 milliards €). Pas moins de 588 M$ (434,6 M€) (+88%) seront consacrés à l’équipement des collectivités souhaitant accueillir des voitures électriques. Le DOE pourrait garantir les emprunts des compagnies électriques souhaitant construire des réacteurs nucléaires, jusqu’à 54 milliards $ (39,91 milliards €).

 

Le secrétaire à l’énergie (le physicien Steven Chu) a persuadé la présidence de l’intérêt de la recherche. L ’agence pour la recherche sur les projets avancés énergétiques (Arpa-E) devrait recevoir 550 M$ (406,51 M€) pour travailler sur des projets à long terme, comme les cellules photovoltaïques de demain. Steve Chu souhaite aussi créer trois nouveaux laboratoires de recherche, exclusivement dédiés au stockage de l’électricité, aux réseaux intelligents et aux matériaux du futur.

 

Le projet de budget du DOE prévoit aussi quelques économies. Faute de grands progrès réalisés ces dernières années, les 70 M$ (51,73 M€) du budget dédié à l’hydrogène pourraient être annulés ou affectés à d’autres thématiques. Plus sérieux, l’administration Obama aimerait aussi mettre un terme aux subventions accordées à l’industrie pétrogazière, qui pèsent plus de 3,6 milliards $ (2,66 milliards €) par an.

 

L’EPA, en revanche, ne sera pas à la fête. Déjà sous le feu des républicains, l’agence dirigée par Lisa Jackson pourrait voir son budget raboter de plus de 12%. Il passerait alors sous la barre des 9 milliards $ (6,65 milliards €). Les principaux programmes touchés sont ceux consacrés à la restauration des milieux aquatiques et à l’eau potable (-27%). L’initiative pour la reconquête des Grands lacs devrait être fortement ralentie. Tout aussi étonnant, alors que le gouvernement a durci, il y a quelques mois, les futures normes d’émissions des véhicules, l’EPA devrait perdre ses crédits pour financer le programme de recherche sur le diesel propre (80 M$/an (59,13 M€)).

 

Barack Obama avait promis de renforcer la prévention des risques pesant sur l’industrie pétrolière offshore. Et il veut tenir sa promesse. Stable, le budget du secrétariat à l’intérieur, et le bureau de la gestion de l’énergie en mer va être doté de 500 M$ (369,56 M€) pour renforcer les inspections des installations offshore.

 

Le budget d’aide au développement des grandes installations de production d’électricité à partir d’énergie solaire devra progresser de plus de 23% par rapport au budget 2011. De quoi tripler les 3.700 mégawatts crête (MWc) déjà en service.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus