Vous prendrez bien un peu de nucléaire?

Le 21 juillet 2020 par Volodia Opritchnik
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La Lituanie devait fermer Ignalina pour adhérer à l'UE.
La Lituanie devait fermer Ignalina pour adhérer à l'UE.

L’Europe versera plus de 6 milliards aux industriels de l’atome d’ici à 2027.

Voilà des mois que les experts de la taxonomie financière s’écharpent à son sujet? L’énergie nucléaire doit-elle être considérée comme bonne pour le climat, modérément intéressante ou sans intérêt? Selon son classement final, l’atome pourra bénéficier ou non de subsides européennes. Un détail d’importance alors que les électriciens européens n’imaginent plus construire de réacteurs sans aide publique.

Sans répondre directement à la question (principe de neutralité technologique oblige), la Commission et les 27 semblent indiquer où va leur préférence. L’accord du 21 juillet contient quelques lignes en rien défavorables aux promoteurs de l’énergie atomique.

les cousines de Tchernobyl

Pour les aider à démanteler leurs installations, le Conseil européen octroie plus d’un milliard d’euros à plusieurs pays de l’UE. D’ici à 2027, la Lituanie recevra 490 M€ pour démanteler ses deux tranches RBMK d’Ignalina. L’adhésion de l’ancienne république soviétique à l’Union européenne était, il est vrai, conditionné par la fermeture définitive des deux réacteurs, cousins de ceux de Tchernobyl.

L’Europe versera aussi 50 M€ à la Slovaquie pour mettre en sécurité les deux premières tranches (VVER) de sa centrale de Bohunice. Dans la même veine, la Bulgarie recevra 57 M€ pour fermer définitivement quatre tranches de la centrale de Kozlodouy.

Les 27 et la Commission se sont aussi accordé sur une ligne de crédit de 448 M€ (pour la période 2021-2027) «pour la sûreté nucléaire et le déclassement des propres installations de l’UE». Ce n’est pas tout.

Alors que les budgets de l’innovation ont été sévèrement revus à la baisse, le programme Iter sauve ses meubles. Comme prévu, le programme de réacteur à fusion nucléaire percevra bien ses 5 milliards d’euros d’ici à 2027. «Au maximum.»