Visons et Covid-19: la France touchée à son tour

Le 23 novembre 2020
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le vison d'Amérique, espèce sensible au SRAS-CoV2
Le vison d'Amérique, espèce sensible au SRAS-CoV2
Brendan Lally

Un des quatre derniers élevages français de visons est à son tour touché par le Covid-19, a annoncé le gouvernement dimanche 22 novembre. Les 1.000 animaux ont aussitôt été abattus.

La France ne compte plus que quatre élevages de visons, voués à être fermés d’ici à 2025, comme l’a annoncé fin septembre la ministre de la transition écologique, Barbara Pompili. L’échéance pourrait bien être avancée: dimanche 22 novembre, le gouvernement a annoncé la contamination de l’un d’entre eux, en Eure-et-Loir. Les 1.000 visons d’Amérique ont aussitôt été abattus, tandis que les produits issus de ces animaux ont été détruits.

Menée par l’Anses[i], la surveillance des élevages de visons a blanchi un autre élevage, tandis que les résultats des deux autres sont «attendus dans le courant de la semaine», a ajouté le gouvernement. Aucun des quatre éleveurs ne s’est avéré positif au test Covid-19, mais une surveillance renforcée a été mise en place pour les quatre personnes en contact avec l’élevage contaminé.

Au Danemark, la crise devient politique

Comptant parmi les espèces réceptives au SRAS-CoV2 (avec les félins, les hamsters et les furets), les visons sont sous les feux de l’actualité depuis début novembre, depuis qu’un variant du virus, apparu dans un élevage danois, a contaminé 12 personnes dans le nord du pays.

Si d’autres pays ont vu leurs élevages de visons touchés par la Covid-19, tels que les Pays-Bas, la Suède, l’Italie, la Grèce, les Etats-Unis et l’Espagne, l’affaire a revêtu une importance de premier plan au Danemark, premier éleveur mondial. Accusé d’une gestion trop autoritaire, le gouvernement a ordonné l’abattage de 17 millions de visons. La décision a entraîné une crise politique, avec la démission du ministre de l’agriculture, Mogens Jensen.

Quant à la mutation apparue dans l’élevage, qui a fait craindre pour l’efficacité des futurs vaccins, elle est «très probablement éteinte», aucun autre cas humain n’étant survenu depuis, a annoncé jeudi 19 novembre le ministère de la santé danois.



[i] Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail