Vers une pénurie d’information climatique

Le 29 janvier 2021 par Benoît Leguet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Moins de journaux, c'est moins d'info.
Moins de journaux, c'est moins d'info.
DR

La fin du JDLE va réduire l’offre en matière d’information spécialisée sur l’économie du climat, regrette Benoît Leguet, directeur général de l’institut de l’économie pour le climat (I4CE)

Misère, misère. Le baroud d’honneur du JDLE, c’est ce numéro du vendredi 29 janvier. Et dès le prochain jour ouvré, dès lundi, 1er février, le canard va me manquer. Et nous manquer.

Sur l’onglet « climat », je serai en effet allé, dès potron-minet, chercher l’analyse implacable des « plans d’action climat » que les ministres doivent remettre à Jean Castex avant le 31 janvier. Du moins, l’analyse de ces quatre premiers plans d’action, faisant suite à l’envoi par le Premier ministre de lettres de mission climat à Barbara Pompili, Bruno Le Maire, Julien Denormandie et Jacqueline Gourault, leur demandant d’élaborer un «plan d’action précis sur leur périmètre ministériel pour mettre en œuvre la Stratégie nationale bas-carbone et le Plan national d’adaptation au changement climatique».

la question centrale

Et je serai également allé chercher l’analyse des lettres de mission climat des autres ministres dont le portefeuille peut avoir un impact sur le climat - c’est-à-dire tous - puisqu’ils recevront, croix de bois crois de fer, ces lettres signées de la main du Premier ministre avant le 31 janvier.

Mais non, je ne pourrai pas lire ces analyses et recueillir ces informations, même si je pressens qu’un mécanisme de ce type pourrait être très puissant pour intégrer «pour de vrai» le climat au sein des décisions publiques, et faire en sorte que ce ne soit pas qu’une question pour la ministre de l’Ecologie, mais au moins autant par exemple pour le ministre de l’Economie, des finances et de la relance.

Je ne pourrai pas lire tout ça. Peut-être, même si c’est peu probable, car ces plans d’action précis et autres lettres de mission climat n’auront pas été écrits ni même pensés. Mais certainement car l’équipe du JDLE qui aurait fait cette analyse ne sera plus présente. Et au mois de septembre 2021, quand le Conseil de défense sera consacré à suivre l’avancement des plans d’actions ministériels, j’aurai encore une petite pensée pour le JDLE.