Trafic d’espèces protégées: CMA-CGM ne veut plus être complice

Le 09 juillet 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La Gambie est l'un des plus importants exportateurs au monde de Palissandre du Sénégal
La Gambie est l'un des plus importants exportateurs au monde de Palissandre du Sénégal

Le géant du transport maritime CMA-CGM a annoncé, le 8 juillet, suspendre ses exportations de bois depuis la Gambie, soupçonnée de trafic de Palissandre du Sénégal.

Menacé d’extinction à cause du commerce illégal, Pterocarpus Erinaceus -aussi appelé Vène, Palissandre du Sénégal ou à tort bois de rose- est protégé par la Cites depuis 2013 (annexe II). Ce qui n’a pas suffi à stopper le trafic, en particulier depuis la Gambie, de ce bois recherché pour la fabrication de meubles. «Ce pays a exporté 1,6 million d’arbres provenant du Sénégal au cours de la dernière décennie, essentiellement à destinations de la Chine», observe l’ONG Environmental Investigation Agency. Selon elle, la Gambie est l’un des plus importants exportateurs au monde et participe au trafic contrôlé par des rebelles sénégalais situés dans la région voisine de Casamance.

Suspension jusqu’à nouvel ordre

Message reçu par l’armateur basé à Marseille, qui met fin à toute complicité potentielle. «Suite à plusieurs suspicions de présence de bois de rose non déclaré dans des conteneurs chargés en provenance de Gambie, le groupe a décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre toutes les exportations de bois de ce pays», affirme le communiqué de CMA-CGM. Le bois représente la très grande majorité de ses exportations en provenance de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest.

Cites et liste noire

Plus largement, le groupe renforce ses procédures pour le transport d’espèces protégées par la Cites[1]. Désormais le chargeur devra déclarer s’il transporte une espèce animale ou végétale relevant de cette convention et, dans l’affirmative, lui fournir le permis d’exportation. Il ouvre enfin une liste noire des exportateurs suspectés de trafic. L’Environmental Investigation Agency en a déjà identifié plusieurs.

 

 



[1] Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction