Suez lance sa contre-offensive

Le 18 janvier 2021 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Suez avancent Ardian et GIP contre Veolia
Suez avancent Ardian et GIP contre Veolia

Visé par une OPA de la part de Veolia, Suez a présenté, le 17 janvier, l’offre alternative de deux fonds, le Français Ardian et l’Américain Global Infrastructure Partners (GIP).

Dans son communiqué, le groupe Suez affirme que «le conseil d’administration a reçu une lettre d’intention d’Ardian et de GIP visant à permettre une solution amicale et rapide à la situation créée par l’intention d’offre de Veolia».

A ce stade, Suez indique que plusieurs modalités d’exécution restent possibles, dont «une offre d’achat des actions Suez par les investisseurs, au prix de 18 euros par action, coupon attaché». Selon le communiqué, la démarche a été accueillie favorablement et à l’unanimité par le conseil d’administration.

Si Ardian était déjà dans la boucle, en ayant fait une offre d’achat à Engie le 1er octobre, GIP vient seulement de s’y associer. Ce fonds américain, spécialisé dans l’investissement dans les infrastructures, gère plusieurs dizaines de milliards de dollars d’actifs.

Offre hostile ou offre hostile ?

Concrètement, Suez indique la sortie à Veolia en proposant de lui racheter, au même prix, les actions d’Engie (29,9% des actions du groupe) qu’il a acquises le 5 octobre dernier. Une opération que Suez avait qualifiée d’«hostile» et une vente jugée «réalisée dans des conditions inédites et irrégulières».

«Le conseil d’administration de Suez m’avait demandé de travailler sur des solutions alternatives et de chercher d’autres investisseurs. C’est chose faite, avec ce consortium qui est prêt à accompagner à Suez», a affirmé Bertrand Camus, directeur général de Suez.

La porte a aussitôt été refermée par Veolia, par voie de communiqué. «Veolia rappelle que les 19,9% qu’il possède au capital de Suez ne sont pas et ne seront pas à vendre», écrit-il, rappelant de son projet de construire «le champion mondial de la transformation écologique». Selon le groupe, «tout projet qui impliquerait directement ou indirectement la cession par Veolia de sa participation au capital de Suez, ou d’autres cessions dénaturant le projet industriel que le groupe porte, est considéré comme hostile par Veolia».

Toute négociation semblant bloquée des deux côtés, c’est en justice que la situation pourrait progresser. Le rachat par Veolia des actions détenues par Engie reste suspendu par la Cour d’appel de Paris en attendant la consultation des instances de représentation des salariés. Une fois cette démarche accomplie, Veolia espère pouvoir lancer son OPA sur le reste du capital d’ici à la prochaine assemblée générale de Suez, prévue au printemps.