Alimentaire: la bataille de l'évaluation environnementale est lancée

Le 12 janvier 2021 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le nouvel éco-score varie de A à E
Le nouvel éco-score varie de A à E

Lancé le 7 janvier par des acteurs de l’alimentaire et de la restauration, l’éco-score est une nouvelle étiquette d’impact environnemental, qui diffère de l’indice issu de la base de données Agribalyse.

Conçue sur le modèle du Nutri-score, cette nouvelle notation est lancée par Yuka, Marmiton, Open Food Facts, Etiquettable, FoodChéri et La Fourche. Comprise entre A et E, elle précise l’impact environnemental du produit alimentaire mais diffère de l’affichage développé dans le cadre de la loi Agec.

Si elle s’appuie sur les mêmes données, issues de la base Agribalyse 3.0 de l’Ademe, elle leur applique «plusieurs critères qualitatifs supplémentaires», dont la recyclabilité des emballages, la présence de labels, le pays de provenance et la saisonnalité. Ce qui favorise davantage les produits bio, surtout s’ils sont produits en France, par rapport à Agribalyse.

240.000 produits

Déjà disponible sur le site de l’épicerie bio en ligne La Fourche, cette étiquette est en train d’être appliquée aux 240.000 produits recensés par Open Food Facts, qui affichent aussi le Nutri-score.

En décembre, 17 ONG et la filière Interbev avaient critiqué la base Agribalyse, qui favorise selon eux les produits issus de l’agriculture intensive. Un débat autour de ces étiquettes s’avère particulièrement nécessaire pour éviter toute confusion, alors que le président Macron a annoncé, en décembre, le lancement d’un autre indicateur : le score carbone des produits.