Renault et Plug-Power à toute vitesse sur l’hydrogène

Le 14 janvier 2021 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Véhicules Utilitaires Z.E. 33 H2 Hydrogène
Véhicules Utilitaires Z.E. 33 H2 Hydrogène
Renault

Le Groupe Renault a annoncé la création d’une coentreprise avec la société Plug Power afin de développer une offre clé en main de véhicules utilitaires à hydrogène dès 2021. Segment sur lequel la future joint-venture se rêve déjà leader.

 

La marque au losange a annoncé, mardi 12 janvier, la signature d’un protocole d’accord afin de créer une coentreprise 50/50 au premier semestre de 2021, avec la société américaine Plug Power[i].

Logistique

Les partenaires vont concevoir des utilitaires, segment bien connu de la marque au losange. Ces véhicules à hydrogène seront conçus pour répondre aux besoins  de la logistique, des entreprises de messageries, des services municipaux, des sociétés de maintenance, etc. «L'hydrogène peut être pertinent pour les flottes, par exemple dans les grandes villes, qui sont préoccupées par leur empreinte écologique (et / ou avec des zones zéro émission) et qui ont besoin de plus d'autonomie que celle offerte par les VUL électriques» développe Andy Marsh, P-DG de Plug Power.

Les comparses ont également annoncé l’ouverture d’un centre d’excellence afin de développer leur technologie, «sur la base des plateformes existantes et futures du groupe Renault». Premier segment en ligne de mire : les fourgons. Et ce en se reposant sur les plateformes des véhicules Trafic et Master. «Notre premier projet sera un Master. Concernant la future gamme de produits, il est trop tôt pour donner plus de détails», précise Philippe Prevel, vice-président en charge des projets de carburants alternatifs au sein du groupe Renault. La joint-venture promet néanmoins que les premiers véhicules utilitaires légers à piles à combustible rouleront dès cette année.

Hydrogène vert

Le partenariat ne se concentre pas exclusivement sur la production de véhicules mais sur tout l’écosystème. La co-entreprise va développer une offre de solutions comprenant la fourniture des véhicules, de stations de recharge, du ravitaillement en vecteur énergétique et en services associés. R&D, approvisionnement en hydrogène, commercialisation des véhicules, services associés… sur le papier, tout y est.

Question fatidique : de quel hydrogène parle-t-on? A priori, pas de gris à l’horizon, mais du vert. «La joint-venture établira en France des capacités d'innovation et de fabrication de pointe pour les systèmes de piles à hydrogène et les véhicules. Nous entendons répondre à la demande des clients en matière d’infrastructure H2 et d’approvisionnement en carburant, notamment de l’hydrogène vert (par électrolyse ndlr)», conclut Andy Marsh.

A terme, «nous visons plus de 30% de part de marché des véhicules utilitaires légers à pile à combustible en Europe», précise Philippe Prevel. L’enjeu est de taille.  «Dans les transports, d'ici 2030, les véhicules électriques à pile à combustible (FCEV) pourraient représenter […] 1 véhicule utilitaire léger (VUL) sur 12 vendu, conduisant à un parc de […] 500.000 véhicules utilitaires légers à pile à combustible», souligne le rapport sur la feuille de route Europe Hydrogène.



[i] Société spécialisée dans les systèmes de piles à combustible et les services liés à l'hydrogène