Réchauffement: les oiseaux d’eau fuient les tropiques

Le 24 août 2020 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le tantale indien, grand échassier asiatique
Le tantale indien, grand échassier asiatique
Saketh Upadhya

Dans les régions tropicales, le changement climatique amoindrit la diversité et l’abondance d’oiseaux d’eau, révèle une étude publiée lundi 24 août dans Nature Climate Change. A l’opposé des zones tempérées, ce qui conforte l’idée d’un déplacement des espèces vers les pôles.

En raison du réchauffement, les espèces ont le choix entre rester et s’adapter, ou bien migrer en altitude ou vers les pôles. C’est cette dernière option que les oiseaux d’eau semblent avoir adoptée, si l’on en croit l’étude menée par Tatsuya Amano, biologiste à l’université du Queensland à Brisbane (Australie) et ses collègues.

Les chercheurs ont mené une analyse d’une ampleur inégalée sur la répartition des oiseaux d’eau, étudiant plus de 1,3 million d’observations réalisées depuis 1990 sur 390 espèces, réparties entre 55 degrés de latitude sud et 64 degrés de latitude nord.

69% des espèces tropicales affectées

Leurs résultats montrent une nette raréfaction en zone tropicale, où 69% des espèces sont affectées de manière négative par le réchauffement. A l’inverse, le nombre d’espèces, ainsi que l’abondance d’individus, progressent en zone tempérée. Cet effet n’est lié qu’à la température, et non, comme les chercheurs s’y attendaient au vu de l’habitat de ces animaux, aux précipitations.

Comparées aux espèces vivant en milieu tempéré, celles peuplant les zones tropicales, oiseaux ou autres, présentent une moindre tolérance thermique. Ce qui les rend particulièrement sensibles au réchauffement, pourtant moins prononcé qu’aux latitudes plus élevées. Un même phénomène a été observé chez les poissons tropicaux.