Recharge : il faut dépasser les bornes

Le 12 novembre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La France comptabilisait 28.928 points de recharge.
La France comptabilisait 28.928 points de recharge.
Ionity_2019

L’Etat souhaite tripler en un an le nombre de bornes de recharge. Insuffisant estime Antoine Herteman. Pour le nouveau président de l’Avere-France, il faut autant investir sur les infrastructures que sur la qualité de service.  

 

Dans le cadre du plan de soutien à l’automobile, le gouvernement avait annoncé, en mai dernier, un objectif de 100.000 bornes de recharges d’ici fin 2021. Initialement, ce seuil fatidique devait être franchi un an plus tard.

Déficit                                                                                                     

En octobre 2020, les véhicules électriques et hybrides rechargeables représentent 10% des parts de marché. Une première. «Le développement des voitures électriques se passe plutôt bien la croissance est continue. Pourtant, sur la partie infrastructure de recharges il y a eu un temps d’arrêt. Il faut le relancer, et vite !», insiste le président de l’Avere fraîchement élu, Antoine Herteman.  

Le premier objectif national était fixé à 40.000 bornes fin 2020. Mais selon le dernier baromètre de l’Avere-France, la France comptabilisait 28.928 points de recharge ouverts et accessibles au public : 28% de moins que prévu. La crise sanitaire n’est pas seule responsables. Les planificateurs des prises de raccordement ne pouvaient envisager la perte de deux importants réseaux : Bluely à Lyon et Bluecub à Bordeaux : plus de 800 points de recharge à deux deux.

«Le risque à termes c’est que les gens arrêtent d’acheter des véhicules électriques si le développement des infrastructures ne suit pas», s’inquiète l’ancien directeur de Renault Batteries International. Et ce n’est pas le seul problème: «installer des bornes c’est 50% du chemin parcouru. Il faut ensuite s’assurer qu’elles fonctionnent correctement, qu’elles bénéficient d’une maintenance efficace et soient interopérables».

En marche ?

Anticipant la critique, le gouvernement a dévoilé son plan. Le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, et la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, ont lancé la démarche «Objectif 100.000 bornes». Signée par de grands distributeurs[1], le Grand Paris, la FNCCR, Total, Engie et Enedis, cette charte engage ses signataires à installer 50.000 bornes d’ici 2021. 100 M€ de fonds publics serviront à mettre en service des bornes de recharge rapide sur les autoroutes et le réseau routier national. 

Cap sur l’itinérance

De son côté, l’Avere proroge son programme CEE ADVENIR jusqu'à fin 2023. Ce dispositif permet d’aider financièrement[2] les collectivités qui s’équipent de borne. Chacun de ces projets générant des certificats d’économie d’énergie. En parallèle, une aide spécifique au rétrofit des bornes antérieures à 2017 est prévue pour aider les territoires à améliorer la qualité du service.



[1] E. Leclerc, LIDL, Système U.

[2] Le montant de l’aide varie de 2.000 à 9.000 euros, en fonction de la puissance délivrée.