Porsche enquête sur ses moteurs potentiellement truqués

Le 25 août 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les moteurs de certains modèles de Porsche 911 et Panamera pourraient être truqués.
Les moteurs de certains modèles de Porsche 911 et Panamera pourraient être truqués.
PxHere

Selon l’hebdomadaire allemand Bild am Sontag, le constructeur de voitures de sport Porsche est soupçonné de manipulation de moteurs à essence. Une enquête interne est en cours.

 

Une fois n’est pas coutume, contrairement au Dieselgate, se sont ici les moteurs essence qui sont concernés. L'autorité allemande du secteur automobile a annoncé le 24 août l'ouverture d'une enquête sur Porsche. Le constructeur allemand est soupçonné d'avoir manipulé des moteurs à essence dans le but de dissimuler les émissions polluantes. L’enquête porte sur des moteurs développés entre 2008 et 2013. Les modèles concernés sont notamment les Panamera et 911. Sont suspectées des modifications présumées illégales du matériel et des logiciels affectant les systèmes d’échappement et les composants des moteurs. Ces modifications auraient entraîné des écarts de niveaux d’émission de CO2 par rapport à ceux enregistrés lors de l’homologation. 

Précédent. La justice allemande a condamné Porsche à une amende de 535 millions d’euros l’an dernier pour la manipulation de ses moteurs diesel lui ayant permis de passer les tests d’émissions.

 

Bon élève

Chose étonnante, c’est Porsche lui-même qui, suite à des audits internes, aurait décelé de possibles modifications illégales effectuées sur des moteurs essence après leur homologation par l’Autorité fédérale des transports allemande (KBA). «Porsche examine régulièrement et en permanence les aspects techniques et réglementaires de ses véhicules. Dans le cadre de ces examens internes, Porsche a identifié des problèmes et a, comme par le passé, informé les autorités (en Allemagne et aux Etats-Unis, ndlr) de manière proactive», a déclaré un porte-parole de Porsche dans un communiqué.

De son côté, le constructeur a ouvert une enquête interne. «Nous avons trouvé quelques indices de fautes possibles», a confirmé le porte-parole de la marque du Groupe Volkswagen. Les employés de Porsche passent au crible les procès-verbaux des réunions et des milliers de courriels pour trouver des indices. Pour l’heure, rien n’indique que les productions actuelles sont concernées. Affaire à suivre.