Pompili enterre définitivement les déchets de Stocamine

Le 19 janvier 2021 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Du béton va être coulé dans les cellules de stockage
Du béton va être coulé dans les cellules de stockage

La ministre de la transition écologique a annoncé, le 18 janvier, le confinement définitif des déchets industriels dangereux de Stocamine à Wittelsheim (Haut-Rhin). Au grand dam des défenseurs d’un déstockage.

L’annonce de Barbara Pompili n’a rien d’une surprise, puisqu’elle s’était déjà déclarée favorable à un confinement définitif, lors d’un déplacement sur le site le 5 janvier. Estimée à 120 millions d’euros, l’opération doit être réalisée d’ici à 2024 sous la supervision de l’entreprise publique MDPA (Mines de potasse d’Alsace). Le ministère de la transition écologique a précisé que du béton allait être coulé dans les cellules où sont stockés les déchets pour éviter que l’eau n’entre en contact avec eux. Des « bouchons » seront ensuite positionnés pour condamner l’accès aux zones de stockage. Une galerie de contournement permettra à l’eau de s’évacuer autour.

44.000 t de déchets à 650 mètres sous terre

Installé en 1999 sur le site d’une ancienne mine de potasse, Stocamine était autorisé à recevoir 320.000 t de déchets industriels dangereux non radioactifs (de classe 1 et 0) pendant trente ans. Mais en septembre 2002, un incendie souterrain a stoppé son activité. Le site comprend toujours 44.000 tonnes de déchets enfouis à 650 mètres de profondeur sous la nappe phréatique d’Alsace (la plus vaste d’Europe), dont certains contiennent du mercure, du chrome, du cadmium, de l’arsenic et de l’amiante. Leur sort, en suspens depuis 18 ans, a fait l’objet d’innombrables débats et rapports.

Barbara Pompili a aussi annoncé un nouveau budget de 50 millions d’euros pour protéger la nappe d’Alsace au cours des cinq prochaines années, grâce à la dépollution, pilotée par l’Ademe, de 5 sites industriels situés au-dessus de la nappe et non en-dessous comme Stocamine.

Des élus locaux en colère

L’annonce du confinement définitif a provoqué la colère du député LR du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger, auteur d’un rapport parlementaire préconisant le déstockage total des déchets enfouis. «Encore une fois le cynisme a décidé. L’écologie et le principe de précaution c’est pour se faire élire», a-t-il déclaré. «L’Etat ne va-t-il pas se rendre responsable du premier écocide qu’il entend punir par la loi ?», a lancé de son côté Frédéric Bierry, président LR de la nouvelle collectivité européenne d’Alsace. Le porte-parole d’EELV Alsace et conseiller municipal de Mulhouse Loïc Minery a, lui aussi, dénoncé «une décision terrible et affligeante».