PACA : le désenclavement passera bien par le train

Le 01 juillet 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
TGV
TGV
DR

Ce mercredi 1er juin, la future Ligne Nouvelle Provence-Côte d'Azur (LNPCA), entre Marseille et Nice, a franchi une nouvelle étape.

 

Ça se confirme. Après le feu vert du Conseil d'orientation des infrastructures (COI) en 2018 et une concertation publique en 2019, c’est au tour de Jean-Baptiste Djebbari, Secrétaire d'État aux Transports, d’annoncer la poursuite des études relatives à la réalisation du projet de LNPCA. Et ce pour les phases 1 et 2.

La première phase concernera la réalisation de la gare TGV de Nice Aéroport. Elle sera dotée de 4 voies à quai, des aménagements nécessaires à la navette toulonnaise, du réaménagement du plateau de la gare Saint-Charles de Marseille, ainsi que des voies des faisceaux Est et Ouest qui y convergent. La seconde phase elle, portera sur la mise en œuvre des aménagements d’une navette entre Cannes et Nice et d’une traversée ferroviaire souterraine de Marseille. Une enquête d'utilité publique est prévue pour 2021.

Défaire les nœuds

En plus de dynamiser l’offre de transport dans la région, la LNPCA permettra de désaturer les nœuds ferroviaires de Marseille, Toulon, Nice et de la Côte d’Azur. C’est en tout cas ce que souhaite la région Provence Alpes Côte d’Azur. Et plus encore.  «La réalisation de ce projet […] constituera un outil majeur pour un aménagement et une mobilité durables, écologiques et solidaires dans l’arc méditerranéen entre l’Espagne, la France et l’Italie», prophétise Pierre Dartout, préfet de la région.

Next step? «Aujourd’hui, nous attendons une mobilisation des équipes de SNCF Réseau qui permettront de mener à bien cette concertation. Nous attendons aussi la création d’une mission de financement par l’État, qui pourrait prendre la forme d’une société de projet dédiée. Elle permettrait de fixer les modalités de financement et de définir les futures étapes », déclare dans un communiqué, Renaud Muselier, président de la Région.