EDF bien placée pour construire deux nouveaux EPR anglais

Le 02 novembre 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
EDF pourrait bientôt passer commande de deux réacteurs EPR.
EDF pourrait bientôt passer commande de deux réacteurs EPR.
EDF

Londres pourrait prendre une participation dans la centrale nucléaire de Sizewell C que construira EDF Energy.

La nouvelle ne devrait plus tarder à être officiellement confirmée. EDF Energy et le gouvernement britannique seraient sur le point de s’accorder sur les conditions de construction, d’exploitation et de financement de la centrale nucléaire de Sizewell C.

La filiale britannique de l’énergéticien français entend construire deux réacteurs sur le site de sa centrale nucléaire de Sizewell, à proximité de Norwich. EDF Energy bâtirait deux réacteurs EPR de nouvelle génération EPR II (ou EPR NG), à proximité immédiate des trois réacteurs de Sizewell A et B[1]. Le coût du chantier est estimé à 20 milliards de livres (22 milliards d’euros) pour les deux tranches. Ce qui est très inférieur aux 19 milliards d’euros que devrait coûter la construction du prototype de Flamanville.

La BBC estime que le coût de production de Sizewell C pourrait osciller entre 44 et 66 €/MWh, très en deçà des coûts contractuels fixés aux deux EPR de Hinkley Point C (130 €/MWh pendant 35 ans).

épargne populaire ?

Pour financer Sizewell C, Londres a imaginé lever des fonds auprès des contribuables, via le Regulated Asset Base (RAB), un dispositif employé outre-Manche pour financer la construction d’infrastructures. Il nécessite toutefois que l’administration britannique fixe, au préalable, le coût de la centrale, sa durée d’amortissement et prix de vente du mégawatheure.

Toujours selon la BBC, le gouvernement de Boris Johnson pourrait prendre une participation directe dans le projet, afin de ne pas laisser aux industriels chinois le soin d’occuper une place trop importante dans le système électrique britannique.

Le groupe chinois China General Nuclear Power Corporation (CGN) détient déjà 30% du capital de la centrale de Hinkley Point C et entend construire un réacteur chinois Hualong One, probablement à Bradwell.



[1] Sizewell A abrite deux réacteurs Magnox (filière comparable aux UNGG français), désormais à l’arrêt. Sizewell B accueille un réacteur à eau sous pression en service depuis 1995.