Normandie versus SNCF : le dialogue reprend timidement

Le 28 août 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Face aux problèmes récurrents sur le réseau, la région Normandie a assigné SNCF Réseau en justice.
Face aux problèmes récurrents sur le réseau, la région Normandie a assigné SNCF Réseau en justice.

Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF, ont échangé en début de semaine, sur la qualité du service fournie par la compagnie ferroviaire dans la région. Un contrat de performance est en discussion.

 

Le président de la région Normandie, Hervé Morin, avait demandé une réunion d’urgence avec les cadres de la SNCF. Et il l’a eu. Selon nos confrères de Ouest-France, l’entreprise ferroviaire a pris des engagements pour crever l’abcès.

Contrat de performance

Lundi 24 août, le président de la région a été reçu par Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF et Luc Lallemand, PDG de SNCF Réseau, en charge des voies ferrées. Ce dernier s’est engagé à lier les services de la Région lors de l’élaboration des appels d’offres pour les chantiers. «Ces travaux sur les voies entraînent trop souvent des retards ou pire, des suppressions de trains. Un contrat de performance avec pénalités en cas de non-respect sera signé avant le 15 novembre.», a assuré le président de l’exécutif régional à Ouest-France.

Facture. L’engagement annuel de la région Normandie pour la SNCF est de 160 millions d’euros pour le fonctionnement des trains, et de plusieurs centaines de millions d’euros pour les travaux.

RETARDS MULTIPLES

Pour rappel, Fin juillet, la région Normandie cessait de payer la SNCF. Les raisons invoquées par Hervé Morin, étaient nombreuses : difficultés rencontrées par les usagers normands des TER, retards, suppression de rames, remise en service tardive des voies en fin de chantier le week-end ou le matin…

«Cet été nous avons considéré qu’il y avait eu des fautes graves de SNCF Réseau en particulier. Notamment le non-respect des plages horaires des travaux. Nous avons eu des rendus tardifs de voies le matin. Les travaux n’étaient pas terminés ! Aucune information n'était transmise, ni aux voyageurs, ni à la région. Ce n’est pas conforme aux procédures habituelles», rappelle Jean-Baptiste Gastinne, vice-président de la région en charge des transports.

Le directeur de la communication de la SNCF, Stéphane Lecomte, avait donné un début d'explication dans les colonnes du Parisien: «nous devions recevoir au printemps 20 nouvelles rames de type Omneo (Alstom ndlr) pour remplacer nos anciennes rames TER. Mais à cause du Coronavirus, l'entreprise Bombardier n'a pu en livrer que 4… Nous avons donc remis sur rails du matériel qui date parfois de quarante ans, et qui subit davantage de pannes…»

A L’OUEST RIEN DE NOUVEAU

Sans rentrer dans le détail, Jean-Pierre Farandou a aussi promis à l’élu normand plus de moyens en matériel roulant et en conducteurs. Les besoins seront évalués par le directeur régional de la SNCF, Jean-Philippe Dupont, et par deux experts nationaux. Lesdits moyens mis en œuvre seront détaillés plus précisément en octobre.

Si la SNCF a fait quelques pas en avant, la région Normandie elle, campe sur ses positions. L’action en justice, lancée fin juillet, reste d’actualité. «Nous avons assigné SNCF Réseau en justice pour essayer d’obtenir réparation», justifie Jean-Baptiste Gastinne. De même pour la suspension des versements de la Région à l’entreprise. «Nous avons atteint un tel niveau d’insatisfaction que nous estimons que nous n’avons plus à payer». Quant aux trains d’Alstom, la livraison s’étalera jusqu’à l’été 2021, contre mars 2021 initialement.

Contacté par le JDLE, La SNCF n’a pas souhaité répondre à nos questions.