Naples : Bruxelles rappelle Rome à l’ordre

Le 29 juin 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'Italie s'expose à des sanctions financières si aucune amélioration n'est rapidement constatée dans le traitement des déchets qui s'accumulent à Naples et dans sa région, a mis en garde mardi 28 juin la Commission européenne.
 
Peu, voire pas de progrès ont été réalisés depuis 2007 dans la gestion des immondices à Naples et sa région, a déploré le commissaire chargé de l'environnement, Janez Potocnik, dans un communiqué.
 
La crise des déchets en Campanie a conduit la Commission européenne à ouvrir en 2007 une procédure d'infraction aux règles européennes à l'encontre de l'Italie.
 
Les autorités italiennes n'ont pas encore fait ce qui est nécessaire pour trouver une solution adéquate et définitive au problème, a jugé J. Potocnik tout en saluant les efforts du nouveau maire de Naples, Luigi de Magistris, pour résoudre la crise. Toutefois, a ajouté le commissaire européen, des améliorations réelles ont besoin d'être vues et confirmées par les citoyens.
 
L'absence de telles améliorations ne laissera pas d'autre choix à la Commission que de poursuivre activement la procédure d'infraction. Sauf si la situation est inversée en temps voulu, cela pourrait conduire à des sanctions financières imposées à l'Italie par la Cour européenne de justice, a-t-il souligné.
 
Bruxelles a la possibilité de demander des sanctions devant la justice européenne. La crise des déchets s'est accentuée ces derniers jours à Naples avec l'accumulation de plus de 2.300 tonnes de sacs poubelles malodorants qui jonchent les rues, y compris dans le centre historique.
 
La situation est en partie due à la Camorra, la mafia napolitaine, qui tire d'importants revenus d'activités qui vont du trafic de drogue au contrôle du ramassage et du traitement des ordures, en passant par l'immobilier.