Montpellier: l’extension de l’aéroport dans le collimateur des ONG

Le 30 novembre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'aéroport de Montpellier vise les 3,5 millions de passagers par an.
L'aéroport de Montpellier vise les 3,5 millions de passagers par an.
VLDT

Alternatiba et Greenpeace ont lancé, le 29 novembre, une pétition pour mettre fin au projet d'extension de l’aéroport de Montpellier Méditerranée.

 

Alors que les avions sont cloués au sol et que les prédictions de reprises du trafic sont loin d’être encourageantes, tous les projets d’extension d’aéroports prennent du plomb dans l’aile. Tous sauf un. Celui de Montpellier résiste encore et toujours à la Covid-19. L’aménagement, l’an passé, d’un nouveau terminal a porté à 2,5 millions de passagers la capacité annuelle[i]. Déjà trop peu. La direction de l’aéroport veut l’accroître de 40%. De nouveaux investissements sont programmés comme la construction d’une nouvelle jetée pour accueillir plus d’avions simultanément. Rien ne laisse présager que ces objectifs seront revus à la baisse.

De quoi rendre perplexe les militants écologistes. Alternatiba et Greenpeace pétitionnent pour stopper le projet d’extension. «À l’heure où la Convention citoyenne pour le climat demande l’arrêt des extensions d’aéroports et que d’autres extensions aéroportuaires ont été stoppées en Europe, il est temps que la France et que nos décideurs politiques nationaux et locaux prennent position contre ces projets climaticides», écrivent-ils.

Subventions pas pour les avions

Les ONG demandent également que les subventions publiques dédiées à l’aviation soient orientées vers d’autres secteurs plus durables. Quid de la navette Paris/Montpellier ? Pour les militants, pas de quartier. Celle-ci devrait être supprimée, puisqu’une alternative en train existe. Comptez 3h30 ! En contrepartie des milliards alloués au secteur aéronautique par le plan de relance, le gouvernement a demandé la suppression des navettes lorsqu’une liaison en train de moins de 2h30 existe.

Contacté par Le Journal de l’environnement, l’aéroport Montpellier Méditerranée n’a pas donné suite à notre demande d’interview.



[i] Le cap des 2 millions de passagers a été franchi fin 2019