Micro-plastiques dans les océans: des chercheurs pointent le transport routier

Le 16 juillet 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les particules émises par l'usure des pneus font un long voyage
Les particules émises par l'usure des pneus font un long voyage

Les particules émises par les pneus et les plaquettes de freins constituent une source importante de pollution marine par les micro-plastiques, selon une étude publiée le 14 juillet dans Nature Communications.

La plupart des études ciblant les micro-plastiques se sont penchées sur leur transport par les rivières. Beaucoup plus ténue, la littérature sur leur transport atmosphérique s’enrichit de travaux ciblant les poussières émises sur les routes par les pneus et les plaquettes de frein, qui contiennent des plastiques. Et les chercheurs ont découvert une importante source de pollution marine, en particulier dans les régions reculées comme l’Arctique.

4 kg par pneu

En moyenne, un pneu perd 4 kilogrammes au cours de sa vie. «Cela représente une énorme quantité de plastique par rapport aux vêtements», a commenté Andreas Stohl, de l’institut norvégien de recherche sur l’air, auteur principal de l’étude.

Départ des grandes régions urbanisées

Ces émissions sont concentrées dans l’est des Etats-Unis, en Europe du Nord et dans les grandes régions urbanisées de l’est de la Chine, du Moyen-Orient et d’Amérique latine où les densités de véhicules sont les plus élevées.

Arrivée dans les océans

Autre constat: la durée de vie moyenne des particules de pneus de type PM 2,5 est plus longue (28 jours) que celle des particules de type PM 10 (8 jours). Logiquement, les premières parcourent davantage de kilomètres. Selon les modélisations de circulation atmosphérique réalisées par ces chercheurs, 43% de ces petites particules se retrouvent sur terre et 57% terminent leur voyage dans les océans.

Une source importante

Toutes catégories comprises, un tiers des particules émises par les pneus et les plaquettes de freins polluent les océans (environ 50.000 tonnes selon une évaluation à la louche, contre 65.000 t de particules provenant des rivières). Une pollution à documenter plus précisément.