Lubrizol: la DREAL se fâche

Le 13 novembre 2019
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Lubrizol : une usine au chômage technique.
Lubrizol : une usine au chômage technique.
©France 3

Deux mises en demeure ont été adressées, en fin de semaine dernière, aux deux principaux protagonistes de l’incendie du 26 septembre.

 

Le ton monde du côté des autorités contre les deux principaux protagonistes (et victimes !) de l’incendie du 26 septembre dernier à Rouen. En fin de semaine dernière, la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) de Normandie a adressé deux mises en demeure aux sociétés Lubrizol et NL Logistique.

Voisine du site sinistré, cette dernière devra évacuer toutes les matières combustibles encore stockées dans ses installations non détruites par les flammes. Elle devra également réviser l’inventaire des produits qu’elle stockait le jour de l’accident.

trois inspections

Fruit de trois inspections (réalisées avant et après le sinistre), la lettre adressée à Lubrizol porte sur plusieurs griefs. Les inspecteurs des installations classées reprochent à l’industriel d’avoir oublié, dans son plan de défense contre l’incendie, de prendre en compte les fûts stockés à l’extérieur des bâtiments. Le plan d’opération interne était incomplet.

Les scénarios d’accident étudiés par l’industriel américain minorent les risques «d’effets domino», internes et externes. Le site est insuffisamment équipé en système de détection d’incendie, notamment dans ses parties extérieures. Enfin, il ne dispose pas d’un système de captage et de stockage des eaux et effluents susceptibles d’être produits lors de l’extinction d’un sinistre.

Les deux industriels ont quelques semaines pour se mettre en conformité avec la réglementation.

Dans un entretien publié par L’Usine nouvelle, le président de Lubrizol France appelle à un redémarrage rapide de l’usine accidentée. «Si nous ne redémarrons pas, nos clients iront voir ailleurs», estime Frédéric Henry qui rappelle que l’usine rouennaise emploie, directement et indirectement 2.200 personnes.