Logement : mission rénovation pour Emmanuelle Wargon

Le 07 juillet 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La nouvelle ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon.
La nouvelle ministre déléguée au logement, Emmanuelle Wargon.
DR

Emmanuelle Wargon a été nommée, lundi 6 juillet, ministre déléguée au Logement du gouvernement Castex. Rattachée au ministère de la Transition écologique, l’ancienne secrétaire d’Etat devrait se consacrer à la rénovation énergétique.

 

Emmanuelle Wargon reste en terrain connu. Anciennement secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique, elle a été nommée, ministre déléguée au Logement du gouvernement Castex en remplacement de Julien Denormandie. Au passage, le Logement quitte le giron du ministère de la Cohésion des territoires pour rejoindre celui de la Transition écologique de Barbara Pompili. Ce détail laisse penser que la rénovation énergétique des logements et la future réglementation environnementale 2020 (RE2020) occuperont l’essentiel de l’agenda de la ministre.

Outil de la relance

La rénovation énergétique a été au cœur des débats de la Convention citoyenne pour le climat (CCC). Et le sujet y était déjà considéré comme l’un des piliers du futur plan de relance verte, souhaité par Emmanuel Macron et dont Emmanuelle Wargon s’est fait l’écho. «Nous travaillons au plan de relance. La politique de rénovation thermique des logements est une candidate parfaite car elle est bonne pour l'emploi, pour le pouvoir d'achat et pour la planète. Elle peut donc être une grande gagnante de «l’après». En termes de travail, c’est de l’emploi non délocalisable. Et il peut y avoir une dimension sociale en ciblant les aides sur les plus modestes», confiait-elle à Public Sénat, quelques jours avant sa nomination. 

Objectif massification

L’ancienne secrétaire d’Etat assurait alors que le gouvernement souhaitait accroître le nombre de rénovations, via une hausse des aides, une augmentation des certificats d’économie d’énergie (CEE) et un soutien renforcé à la rénovation globale. Passés les vœux pieux, une montagne se dresse devant Emmanuelle Wargon. En retard sur ses objectifs, la France peine à massifier les rénovations. Dommage, car le potentiel de gain énergétique est énorme. La France compte plus de 30 millions de logements, dont 7 millions de passoires thermiques.

Mais cette massification aura un coût. La CCC a estimé qu’il en couterait 22 milliards d'euros par an pour rénover efficacement le parc de logement. «15,5 milliards pour rénover 500.000 logements par ans F/G (11,2 milliards pour les maisons individuelles et 4,2 milliards pour les logements collectifs) et de 6,7 milliards pour rénover 300.000 logements D/E par an (5 milliards pour les maisons individuelles et 1,7 milliard pour les logements collectifs», avançait-elle.

Emmanuelle Wargon est partisane d’un plan ambitieux. «Si nous voulons un plan comparable à celui de l’automobile par exemple, nous aurons besoin d’un investissement massif. La rénovation énergétique doit avoir une place centrale dans la relance» lançait-elle. Mais le virage vert risque de se heurter à la réalité financière et les arbitrages s’annoncent serrés avec le maître de Bercy, Bruno Le Maire.