Energie: les tribulations de la 5G en Chine

Le 02 septembre 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Trop gourmandes en électricité, les antennes 5G ?
Trop gourmandes en électricité, les antennes 5G ?
Ericsson

Victimes de leur voracité énergétique, les relais 5G sont parfois mis en veille en Chine. Au grand dam des consommateurs.

La 5e génération de téléphonie mobile est-elle généralisable ? Pas sûr. En tout cas, pas dans les pays sujets à des disettes d’électrons, à en croire la presse chinoise.

Dans un article mis en ligne en fin de semaine dernière, le South China Morning Post (SCMP) raconte l’histoire de China Unicom. Dans la ville de Luoyang (province du Henan, centre-est), l’opérateur public de télécommunications a mis en veille ses antennes de 5G entre 9 heures et 21 heures. Ceci afin de réduire le montant de sa facture d’électricité. De l’aveu du constructeur Huawei, un tel relai consomme jusqu’à 3,5 fois plus de courant qu’une installation semblable de quatrième génération. De plus, du fait de sa faible portée, il est nécessaire, pour couvrir une même surface, d'installer plus de relais 5G que de répéteurs 4G.

plus de 400.000 antennes en service

Or, avec plus de 410.000 relais 5G déjà en service, la Chine peine parfois à satisfaire la demande. De plus, souligne le quotidien de Hong Kong, la clientèle n’est pas toujours au rendez-vous non plus. Et cela pourrait durer. Les consommateurs chinois déjà dotés d’un terminal 5G commencent à trouver déplaisantes ces mesures d’économie d’électricité.

Dans un rapport publié en mars dernier, Ericsson soulignait déjà les risques posés par l’appétit énergétique de la dernière génération de téléphonie cellulaire. Une partie du problème pouvait être réglé en développant des logiciels de gestion de la consommation électrique des relais et par l’intelligence artificielle, estimait l’équipementier suédois.