Les oméga-3, Mr Hyde du cancer de la prostate ?

Le 04 mai 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les acides gras anti-inflammatoires (oméga-3) pourraient favoriser les formes les plus agressives de cancer de la prostate, un résultat inattendu publié dans l’American Journal of Epidemiology.
Souvent vantés pour leurs bienfaits cardiovasculaires, les oméga-3 présentent une activité anti-inflammatoire, pouvant suggérer des bénéfices en prévention d’autres maladies. Parmi celles-ci, les maladies neurodégénératives ou le cancer… d’où «l’étonnement» qui a saisi l’équipe de Theodore Bratsky, du Fred Hutchinson Cancer Research Center de Seattle, à la vue des résultats qu’ils ont obtenus sur le cancer de la prostate.
 
En se lançant dans cette analyse de l’essai PCPT [1], les chercheurs pensaient observer un effet positif des oméga-3 et un effet nuisible des pro-inflammatoires (oméga-6, acides gras de type trans). Surprise: le risque de cancer agressif de la prostate augmentait avec le taux sanguin de DHA [2], jusqu’à être multiplié par 2,5 pour les valeurs les plus hautes.
 
De manière aussi inattendue, les hommes présentant un taux élevé d’acides gras de type trans avaient environ 50% moins de risques de souffrir de ce type de cancer. Seuls les oméga-6 semblaient neutres vis-à-vis de la maladie.
S’ils ne s’expliquent pas ces résultats, les chercheurs estiment qu’il n’y a pas lieu de fuir les oméga-3. «Globalement, les bénéfices qu’il y a à consommer du poisson pour prévenir les maladies cardiaques surpassent tout risque qu’il y aurait vis-à-vis du cancer de la prostate», commente Theodore Bratsky.
 
[1] Initialement lancé pour évaluer l’effet préventif du finastéride, médicament commercialisé aux Etats-Unis pour traiter les formes bénignes de la maladie, l’essai PCPT (Prostate Cancer Prevention Trial) a porté sur 18.882 volontaires sains de plus de 55 ans, dont 3.461 ont été analysés dans cette étude.
[2] Le DHA (acide docosahexaénoïque) est un type d’oméga-3. Les chercheurs en ont testé un autre, l’EPA (acide eicosapentaénoïque), qui s’est montré sans effet sur le cancer de la prostate.