Les Etats-Unis découvrent un nouveau Dieselgate

Le 27 novembre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les véhicules testés pesaient entre 3.800 kg à 6.300 kg.
Les véhicules testés pesaient entre 3.800 kg à 6.300 kg.

Selon l’agence fédérale de l’environnement (EPA), 550.000 pick-up diesel ne seraient pas conformes aux normes environnementales… La partie émergée de l’iceberg.   

 

Dieselgate: le retour. Selon une étude de l’EPA, révélée par le New-York Times, 550.000 propriétaires de pickups ont illégalement désactivé le système de contrôle des émissions de leur véhicule. Ceci afin de débrider le moteur ou tout simplement pour contourner les contrôles anti-pollution.

Chacune de ses camionnettent émettra ainsi plus d’une tonne d’oxydes d'azote (NOx) de plus que prévu par le constructeur. Elles rejetteront en outre 5.000 tonnes de particules (PM) excédentaires pendant leur durée de vie. Représentant les rejets de 9 millions de véicules comparables, ces émissions sont, rapportées au véhicule ; 10 fois supérieures à celle enregistrée lors du 1. 

Iceberg en vue

Autre différence avec l’affaire Volkswagen, ce sont les propriétaires qui ont trafiqué leur véhicule et non les constructeurs. Dans ces conditions, difficile pour l’EPA d'estimer l'étendue de la fraude. Les limiers de l’agence fédérale n’ont enquêté que sur les véhicules diesel des classes 2b et 3 (de 3.800 kg à 6.300 kg)[1], comme le Chevrolet Silverado et le Dodge Ram 2500. Mais l’agence a «des raisons de croire que cette conduite se produit dans la plupart ou toutes les catégories de véhicules et de moteurs, y compris les camions commerciaux, les véhicules de tourisme, les camionnettes, les motocyclettes et les équipements et matériel agricole.»

Les 500.000 pickups identifiés pourraient n’être que la partie émergée de l’iceberg. L'EPA dit avoir identifié une trentaine d’entreprises impliquées dans la fabrication de 45 dispositifs illégaux de débridage. Selon le New York Times, les autorités fédérales en ont déjà contraint certaines à fermer boutique.

Des pouvoirs publics à la traîne

Chargés de s'assurer de la conformité à la législation environnementale des véhicules, les équipes de l’EPA disposent d’un budget annuel de 228 M$ (190M€). Une ligne de crédit dont le montant n’a pas bougé depuis 2004.

 

 

 



[1] 15% du volume totale de ces véhicules aux Etats-Unis