Les électeurs US veulent du climat !

Le 30 octobre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
D'après le New York Times, Joe Biden est soutenu par 50% des électeurs, contre 41% pour Donald Trump.
D'après le New York Times, Joe Biden est soutenu par 50% des électeurs, contre 41% pour Donald Trump.

Une majorité d’électeurs estiment le candidat démocrate, Joe Biden, plus crédible que le président sortant Donald Trump, sur les questions sanitaires, économiques ou climatiques. Ce dernier sujet pourrait même faire la différence dans les intentions de vote.

 

Le compte à rebours est déclenché: à quatre jours des élections américaines, le président sortant Donald Trump (républicain) est considéré comme moins capable que Joe Biden (démocrate) pour gérer les questions les plus urgentes. Selon un sondage du New York Times, le candidat démocrate l’emporte de 12 points pour juguler la pandémie de coronavirus et de six points pour choisir les juges de la Cour suprême et maintenir la loi et l'ordre. Les Américains considèrent Joe Biden comme le plus à même d'unir le pays. Dans l'ensemble, l’ancien vice-président de Barack Obama est soutenu par 50% des électeurs, contre 41% pour Donald Trump.

Le vote des jeunes de plus en plus décisif. Autre donnée, autre sondage : près de 60 % des millenials (les trentenaires et les quadras) estiment que la position d'un candidat sur le climat est décisive dans leur décision de vote. La participation des jeunes électeurs (18-29 ans) est passée de 20% en 2014 à 36% en 2018 : un bond de 79%. La plus forte augmentation en pourcentage, tous groupes d'âges confondus.

Entre Covid et climat

Alors que Donald Trump a longtemps minimisé les risques liés au Coronavirus, les électeurs restent  préoccupés: 51% des personnes interrogées déclarent que le pire est à venir, contre 37% qui l’estime derrière eux. Les électeurs soutiennent le port obligatoire du masque, à 59%.

Après la Covid-19 viennent les préoccupations économiques et sociales. Sept électeurs sur 10, dont plus de la moitié des républicains, souhaitent un nouveau programme de relance de plusieurs milliards de dollars, comprenant un soutien gouvernemental aux citoyens et une aide d'urgence aux Etats. Deux électeurs sur trois soutiennent un régime d'assurance maladie fourni par le gouvernement fédéral.

Climat : le sujet qui monte

Si l’économie, l’assurance santé ou le coronavirus, en un peu plus d’une décennie, reste les sujets les plus préoccupants, la question du changement climatique émerge dans l’opinion publique. Selon les travaux de chercheurs des universités de Yale et George Mason, 11% des Américains se disaient alarmés par le réchauffement, en 2015: autant que les insouciants. Cinq ans plus tard, ces pourcentages passent respectivement à 26% et 7%. Et la tendance se confirme dans la perception qu’ont les citoyens américains de la question climatique dans les programmes des candidats à l’élection américaine. La question pourrait être plus déterminante qu’il n’y paraît.

Dans l’étude qu’ils publient, ce mois-ci, Resources for the Future, l'université Stanford et ReconMR révèlent que la majorité des électeurs, et dans tous les États, soutiennent l’idée d’une action fédérale sur le changement climatique.

«Cette question publique penche tellement d'un côté que ne pas prendre une position verte – même pour un candidat républicain – c'est renoncer aux votes», commente Jon Krosnick, professeur à Stanford et coauteur de l’étude.

aides fiscales

Joe Biden l’a bien compris. Ce dernier a présenté un plan climatique doté de 2.000 Md$. Taillé pour une mandature, ce programme prévoit des bâtiments basse consommation, une offre élargie de transports en commun, des primes aux véhicules zéro émission… Un plan applaudi par deux électeurs sur trois, selon le New York Times.

La majorité des électeurs veut que le gouvernement américain «fasse plus qu'il ne le fait actuellement pour lutter contre le changement climatique», remarque l’étude. Et ce, dans tous les États – par exemple, le Rhode Island (82%) et le New Jersey (77%). Autre nouveauté: une majorité d’électeurs se prononce en faveur de restrictions d’émissions de gaz à effet de serre pour les entreprises et les centrales électriques. Ils réclament aussi des coups de pouce fiscaux pour les électriciens produisant de l'électricité à partir de sources renouvelables..

Pas de ralentissement

L’analyse met également en lumière que la pandémie mondiale et la crise économique qui en découle, tout comme les troubles sociaux et les violences policières, n’ont pas entamé l’intérêt pour la question climatique. «Toute notre collecte de données a eu lieu après que le virus a frappé, après que la crise économique a frappé ... Il n'y a absolument aucune preuve de ralentissement dans l'un des nombreux avis sur le changement climatique que nous avons examinés», confirme Jon Krosnick, à l’agence de presse Bloomberg.

Pour les chercheurs, il ne fait aucun doute que «nous voyons ici des signaux facilement interprétables, adressés aux décideurs politiques sur la manière dont leurs électeurs souhaiteraient qu'ils votent sur des questions politiques liées au réchauffement climatique», concluent-ils.