Les chasseurs pourront piéger le sanglier

Le 24 septembre 2020 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
1,5 million de sangliers en France
1,5 million de sangliers en France

Le piégeage des sangliers était jusqu’alors réservé aux lieutenants de louveterie: l’Etat s’apprête à l’autoriser aux chasseurs dans les zones à forte concentration de dégâts, dans un projet d’arrêté soumis à consultation mardi 22 septembre.

En 45 ans, la population de sangliers en France a été multipliée par 20, portant les effectifs à 1,5 million d’individus en France. Or si les prélèvements augmentent (747.367 individus tués lors de la saison de chasse 2018/2019), ils ne sont «pas suffisants pour endiguer les dégâts aux cultures», rappelle le ministère de la transition écologique dans l’exposé de son projet d’arrêté. Estimés à 50 millions d’euros par an, ces dégâts sont à la charge des fédérations départementales des chasseurs (FDC).

Soumis à consultation depuis mercredi 22 septembre jusqu’au mardi 13 octobre, ce texte propose d’élargir le piégeage des sangliers aux chasseurs. Jusqu’alors, celui-ci était totalement interdit, sauf autorisation accordée par le préfet aux lieutenants de louveterie. «Cependant, leurs effectifs et leur disponibilité ne permettent pas de faire face aux enjeux croissants de cette problématique», explique le ministère.

Des autorisations préfectorales individuelles

Dans tout département où Sus scrofa est classé comme espèce susceptible d’occasionner des dégâts, le préfet pourra désormais autoriser, sur certaines communes très touchées, le piégeage aux chasseurs. Cette initiative pourra être prise sur proposition du président de la FDC, ou en cas de forte augmentation des dégâts agricoles.

Les sangliers devront être tués par balle immédiatement après la relève du piège. Le piégeage devra être supervisé par la FDC, et devra faire l’objet d’une autorisation individuelle délivrée par le préfet.