Le TGV du futur promet d’être vert et économique

Le 17 juillet 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les futures rames sont réputées 20% moins chères que les actuelles.
Les futures rames sont réputées 20% moins chères que les actuelles.
Alstom

La première enveloppe extérieure du TGV du futur, en construction chez Alstom, a été présentée à la SNCF le 16 juillet. Selon ses concepteurs, l’Avelia Horizon sera modulable, connecté et plus respectueux de l’environnement.

 

Malgré la crise sanitaire, le futur du TGV reste d’actualité. L’assemblage du premier chaudron (l’enveloppe extérieure de la rame) a débuté sur le site d’Alstom à la Rochelle (Nouvelle-Aquitaine). Les trains seront ensuite assemblés à Belfort (Bourgogne-Franche-Comté). La mise en service est prévue pour juin 2024, avec un semestre de retard. La nouvelle vitrine du made in France ferroviaire arrivera tout de même à temps pour les Jeux olympiques de Paris. 

Crash. La compagnie aérienne britannique British Airways a annoncé, le 17 juillet le retrait de sa flotte de ses 31 Boeing 747 Jumbo Jet, «avec effet immédiat». Une coupe qui s’explique du fait de la diminution des déplacements entraînés par la pandémie de Covid-19.

Econome en énergie

Sur le papier, le futur fleuron de la SNCF boxe dans les classes éco et écolo. «Composée à 97% de matériaux recyclables [l’enveloppe des rames est en aluminium, ndlr], et étudiée pour diminuer la pollution sonore à l’intérieur comme à l’extérieur de l’habitacle, elle [la rame] affiche une éco-conduite ultra-compétitive, et ouvre la voie à une mobilité plus durable, plus respectueuse de l’environnement et du bien-être des voyageurs»,  jargonne, le transporteur.

Le successeur des trains à grande vitesse français sera aussi plus économique que ses prédécesseurs. Avec un design de la motrice qui rappelle les trains japonais ou chinois, le renvoi d’électricité vers le caténaire lors du freinage, le dernier-né d’Alstom consomme 20% de moins que la dernière génération de TGV.

Bardée de capteurs et d’objets connectés, chaque rame est continuellement auscultée : 15.000 mesures seront effectuées chaque seconde., «la rame produit des autodiagnostics qui garantissent une maintenance prédictive, permettent de gagner en efficacité et de fiabiliser la ponctualité des trains, tout en réduisant les coûts d’exploitation», assure son futur exploitant.

Des automates réguleront la consommation d’électricité de la rame en fonction des besoins. Ensemble, ces systèmes permettront d’économiser jusqu’à 37% d’énergie par place assise par rapport aux TGV2N. Emploi massif de matériaux recyclable, moindre appétit d’électrons font de l’Avelia Horizon un train au bilan carbone un tiers moins élevé que celui de la génération précédente de TGV, assure la SNCF.

M comme...

Alstom et SNCF mettent aussi l’accent sur sa modularité. Le nombre de voitures sera ajustable, chose impossible avec les rames actuelles. Les espaces intérieurs seront modulables. Les voitures pourront embarquer plus ou moins de fauteuils et les nouveaux trains pourront accueillir jusqu’à 750 passagers : 20% de plus que les rames duplex en circulation. Un gage de rentabilité. Les espaces 1ere classe pourront baisser en gamme et se transformer en 2de classe, et réciproquement. Le train sera donc exploitable en configuration inOui ou en Ouigo.

Même si la décoration intérieure reste confidentielle, l’Avelia Horizon se distingue par une accessibilité aux personnes en fauteuil roulant, un apport en lumière naturelle renforcée (baies vitrées 10% plus large), des systèmes d’éclairage modulables …

L’équipe SNCF-Alstom assure que le prix d’achat est inférieur de 20% par rapport aux rames actuelles. En 2018, la SNCF a commandé une centaine de rames pour un montant de trois milliards d’euros.