Le solaire se lève sur la Convention citoyenne

Le 02 octobre 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
De 100 à 500 kWc.
De 100 à 500 kWc.
VLDT

Le gouvernement donne un coup de pouce aux promoteurs de centrales solaires de moyenne puissance.

Il ne sera pas dit que le gouvernement s’obstine à enterrer les propositions de la convention citoyenne pour le climat. Le 1er octobre, le ministère de la transition écologique a annoncé la mise en œuvre de l’une des propositions formulées par les conventionnels: le déplafonnement de la puissance des centrales photovoltaïques pouvant bénéficier du guichet tarifaire.

Jusqu’à présent, les exploitants de centrales solaires pouvaient bénéficier de deux types de subventionnement, selon la puissance de l’installation photovoltaïque: le guichet tarifaire et les appels d’offres.

guichet et appel d'offres

Le premier est réservé aux centrales d’une puissance installée inférieure à 100 kWc. Le principe est simple: toutes les installations éligibles bénéficient d’un tarif d’achat régulé.

Les installations plus puissantes doivent être lauréates d’un appel d’offres lancé par la Commission de régulation de l’énergie. Elles bénéficient ensuite du complément de rémunération, qui s’ajoute aux revenus tirés de la vente de leur électricité sur le marché.

La convention citoyenne avait recommandé de remonter le plafond des centrales éligibles au guichet tarifaire. C’est chose faite. L’hôtel de Roquelaure porte à 500 kWc la puissance maximale des installations exemptées d’appel d’offres. Cette mesure entrera en vigueur à l’issue du processus de notification auprès de la Commission européenne.

révision trimestrielle

Alors que l’Etat cherche à réviser les tarifs d’achat des installations mises en service avant 2010, il limite la baisse du tarif pour les autres installations. Actuellement le tarif est révisé chaque trimestre. La formule de l’arrêté tarifaire en vigueur induisait mécaniquement une baisse de 8,7 %. «Une telle baisse ne refléterait pas l’évolution réelle actuelle des coûts du photovoltaïque. Elle aurait pour conséquence de freiner durement la reprise du secteur», indique le ministère de la transition écologique. Les services de Barbara Pompili ont donc limité à 3,8% cette baisse trimestrielle des tarifs de rachat.