Le Shift Project mitonne son plan de transformation de l’économie

Le 06 mai 2020 par Volodia Opritchnik
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Quelle économie après la pandémie ?
Quelle économie après la pandémie ?
VLDT

Le think tank créé par Jean-Marc Jancovici promet des solutions radicales pour adapter l'économie française au monde post-Covid.

Les neurones sont en surchauffe. Et cette fois, le coronavirus n’y est pour rien. Directement, du moins. Depuis plusieurs semaines, le fantasme d’un «monde d’après» meilleur que l’ancien, qui émergerait de la pandémie, fait turbiner groupes de réflexion, philosophes, patrons et peoples. Plus une édition de journal qui ne véhicule son appel, ses contributions, sa lettre de célébrités. Le degré contamination est tel que 8 autorités indépendantes de régulation y sont allées de leur communiqué commun pour rappeler qu’elles aussi tiennent un rôle dans la transition écologique.

Fin de vacances pour Nicolas Hulot. Surfant sur une campagne de presse bien orchestrée, l’ancien ministre fait son retour. Le président d’honneur de la FNH verse lui aussi son obole au débat sur le monde d’après. Après avoir énuméré 100 principes «à partager», l’ex-animateur fait 5 propositions sur le site de sa fondation: création d’un fonds européen de relance et de transformation écologique de plusieurs milliers de milliards d’euros, dotation de plusieurs milliards d’euros aux collectivités françaises, fin des accords de libre échange signés par l’Union européenne, relocalisation des chaînes de valeur en Europe. Le co-réalisateur du Syndrome du Titanic veut aussi que les entreprises bénéficiant des aides de l’Etat s’engagent en faveur de la transition écologique et sociale.

Il y a plusieurs façons d’imaginer le post Covid-19. Les conventionnels du climat distillent régulièrement leurs propositions: un vrai teasing de série. Une façon d’entretenir la flamme jusqu’à leur session finale du début juin. Les parlementaires à l’origine de la plateforme Le jour d’après font phosphorer les internautes. Ils distilleront ensuite le meilleur de ces dizaines de milliers de contribution en textes de loi.

transformation globale de l'économie

Le Shift Project a choisi une autre approche. La boîte à idées créée par Jean-Marc Jancovici veut publier un plan de transformation de l’agriculture, du bâtiment, de l’énergie, de l’industrie, des transports, de la santé, des services, de la culture et des médias français. Avant l’été, si possible. Le think tank ambitionne d’inspirer la réflexion du gouvernement, lequel prévoit de publier, en septembre, ses propres propositions.

Les Schifters vont imaginer un nouveau modèle économique qui devra satisfaire à nos besoins et assurer notre sevrage d’énergie fossile. «Vouloir redémarrer la machine économique est le plus facile. Mais ce n’est ni souhaitable, ni possible», estime le concepteur du Bilan carbone. «Pas souhaitable, car le système économique dépend des énergies fossiles.» Impossible, car l’équipe du Shift parie sur une moindre disponibilité en pétrole conventionnel (le moins cher). Et la guerre du brut, actuellement menée par l’Arabie saoudite aux producteurs américains de pétrole de schiste, n’arrangera pas les choses.

l'argent n'est plus un problème

L’imagination devant rester au pouvoir, les contributeurs au programme ne se fixent aucune limite économique. «On a vu, ces dernières semaines, que l’argent n’était plus un problème», explique le co-créateur du bureau d’études Carbone 4. Seule contrainte à intégrer dans les scénarios: l’économie française se sera fortement contractée et n’aura plus vocation à croitre. Ralentie, cette économie se voudra aussi plus sobre en énergie et en matière mais plus consommatrice de compétences et de bras. Un changement de paradigme porteur de moult transformations.

Pas seulement technologiques. «Tout le monde, y compris de bonnes âmes environnementalistes, tablent sur une croissance verte. Plus exigeant, notre programme nécessitera des arbitrages auquel personne n’est préparé, pas plus que le gouvernement que les 90 chefs d’entreprises qui ont signé un appel à la transition écologique», raille Jean-Marc Jancovici.

Fidèle à sa philosophie, le Shift ne privilégiera pas de palette de technologies ni de bouquet énergétique. «La seule question qui vaille est celle des flux physiques», résume le membre du Haut conseil pour le climat. La méthode: raisonner de manière systémique. «Avant de savoir s’il faut réduire l’acier à l’hydrogène, il faut savoir, si avec l’essor du recyclage, une moindre demande de voiture neuve, il sera encore pertinent de produire de l’acier», s’interroge le polytechnicien. La même démarche devra être appliquée aux autres secteurs. À commencer par l’énergie. «Il ne faut pas opposer les sources d’énergies décarbonées mais les articuler avec l’efficacité énergétique.»