Le Rétrofit, c’est aussi pour les scooters

Le 08 juin 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
De gauche à droite Raphaël Setbon, Victor Bréban et Clément Fleau.
De gauche à droite Raphaël Setbon, Victor Bréban et Clément Fleau.

Créée en mai 2019, la start-up tricolore Noil «électrifie» des scooters thermiques. Dans un contexte favorable, le carnet de commandes de la jeune pousse commence à se remplir. Victor Breban, cofondateur de Noil nous en dit plus. 

 

Quels sont les avantages du rétrofit pour les scooters ?

Déjà, les scooters électriques présentent de nombreux avantages. Ils polluent moins, ne dégagent aucune odeurs et ne font pas de bruit. Et aux vues du contexte, bientôt les scooters thermiques ne pourront plus rouler en ville, du fait des zones à faibles émissions (ZFE) et des vignettes crit’air qui se durcissent. Ensuite, l’avantage du rétrofit, c’est qu’on ne détruit pas un véhicule pour produire son équivalent à batterie. On ne fait que changer sa motorisation et donc prolonger sa durée de vie.

Comment transforme-t-on un scooter thermique en véhicule électrique ?

Nous disposons d’un kit d’électrification universel (en cours d’homologation ndlr). Nous conservons la place du moteur, et nous adaptons le kit sur la transmission d’origine, en lieu et place du moteur thermique. Le véhicule est équipé de batteries lithium Ion, de fabrication française.

Nous travaillons aussi en économie circulaire. La filière est essentiellement basée dans le bassin parisien. Nous retraitons les huiles et l’essence. Les pièces, comme le pot d’échappement, sont ensuite réintroduites sur le marché de l’occasion qui est en plein boom. Et qui continuera d’exploser suite aux annonces du plan de relance de l’automobile.

Justement, quelles aides s’offrent aux conducteurs de deux-roues ?

Une prime à la conversion de 1.100 euros a été décidée dans le cadre du plan de relance de l’automobile présenté par le gouvernement. Ce qui fait largement baisser le cout du rétrofit d’un scooter. Jusqu’à moins de 1000 euros pour certains modèles (comptez environ 4000 euros pour les plus gros scooters ndlr).

Quelle est votre cible ?

Pour le moment, nous avons entre 400 et 500 commandes. Nous avons une vision très B2C. Nous proposons de rétrofiter de petits modèles, mais aussi d’autres, à forte valeur ajoutée. De vieux deux-roues vintage, et des plus imposants et sécurisants, qui n’ont pas encore d’équivalents électriques. Nous travaillons aussi en B2B avec des services de livraisons et des livreurs. La prime à la conversion est très avantageuse pour eux (les livreurs ndlr) qui sont souvent auto-entrepreneurs.

Les constructeurs automobiles se tournent de plus en plus vers l’électrique, ne craignez-vous pas avoir du mal à rester compétitif face à eux ?

Oui les constructeurs vont faire des économies d’échelle en faisant du gros volume. Ils vont aussi réduire leur prix de vente, quand le prix du kilowattheure (kWh) de la batterie aura baissé. Mais nous aussi ! De plus, si les scooters électriques arriveront massivement un jour, ce n’est pas pour tout de suite. La France compte 1,3 million de scooter et seulement 3% d’entre eux sont électriques.