Le recyclage en recul depuis l’an dernier

Le 28 octobre 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les plastiques recyclés tirent leur épingle du jeu
Les plastiques recyclés tirent leur épingle du jeu

Le secteur du recyclage accuse, en 2019, une légère baisse de son chiffre d’affaires, à cause d’une baisse des cours des matières premières. Et s’attend à une réduction d’environ 20% dans la plupart des filières en 2020, Covid-19 oblige, selon le bilan présenté ce 28 octobre.

Si 2019 était une mauvaise année, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) s’attend à pire. «Selon notre enquête, plus de 80% des entreprises anticipent, pour 2020, une régression de 20% de leur chiffre d’affaires», explique Manuel Burnand, directeur général de Federec. Les recycleurs réclament de nouveau des incitations réglementaires à l’incorporation de matières recyclées pour les aider à traverser la crise. «C’est ce qui fait le succès de la demande en plastique PET[1] recyclé, à laquelle ni la France ni le monde n’est aujourd’hui en mesure de répondre», affirme Christophe Viand, président de la branche Plastiques.

Recul de 6% du CA en 2019

Une nécessité d’autant plus grande que le chiffre d’affaires s’est déjà réduit de 6% l’an dernier, à 8,5 milliards d’euros en raison d’un manque de débouchés et d’une baisse des cours des matières premières, surtout pour les métaux ferreux et non ferreux et les papiers-cartons (cf encadré). En 2018, le secteur avait enregistré une hausse de 2% de son CA. Un signe positif toutefois : les entreprises ont continué à investir, surtout dans les machines de tri et les matériels de collecte, à hauteur de 625 M€.

Au total, le secteur compte aujourd’hui 1.200 entreprises pour 2.400 établissements en France. Ce qui représente 30.800 employés (hors intérimaires).

Les papiers-cartons toujours dans la tourmente

La filière des papiers-cartons a accusé le choc le plus important avec une baisse de 20% de son CA (607 M€) l’an dernier. Les stocks qui ne cessent de gonfler depuis le confinement accroissent les risques d’incendies et d’accidents au sein des exploitations.

Le PET progresse vite

La filière des plastiques s’en sort mieux avec une hausse de 3% de son CA (193 M€), tirée par la hausse des déchets collectés issus des collectivités et des industries (+ 6,3%). «Si le PE représente encore 37% des plastiques collectés l’an dernier, le PET est celui qui augmente le plus vite, grâce à une forte demande pour les bouteilles mais aussi les fibres et les feuilles», observe Christophe Viand.

Les déchets de construction bientôt sous Rep

La filière des déchets du bâtiment et des travaux publics (BTP) affiche aussi une progression de 5% de son CA (1,9 Md€) grâce à une hausse des tonnages collectés. Alors qu’une filière à responsabilité élargie du producteur (Rep) est prévue en 2022 pour les produits et matériaux de construction, celle-ci devrait « prendre la forme d’une filière financière et non opérationnelle, avec plusieurs éco-organismes », selon Erwan Le Meur, président de Federec BTP. La filière devrait permettre de financer la résorption de dépôts sauvages et d’améliorer la traçabilité des matières recyclées.

 

Tonnages collectés

Tonnages collectés en 2019 (kT)

Tonnages collectés en 2018 (kT)

Variation 2018/2019

Métaux ferreux

12.307

12.900

-4,6%

Bois

6.882

6.827

+0,8%

Papiers cartons

6.736

6.961

-3,2%

Verre

2.450

2.400

+2,1%

Métaux non ferreux

1.905

1.905

stable

Palettes

1.755

1.665

+5,4%

Plastiques

961

904

+6,3%

Textiles

249

239

+4%

Bâtiment

42.800

41.600

+3%



[1] Polytéréphtalate d’éthylène