Le parlement européen adopte le règlement taxonomie

Le 18 juin 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
A certaines conditions, le gaz pourrait être considéré comme un investissement durable.
A certaines conditions, le gaz pourrait être considéré comme un investissement durable.
VLDT

Les Européens savent maintenant ce qu’est un investissement vert.

 

Voilà un débat pratiquement tranché après deux ans d’intenses tractations. Ce jeudi 18 juin, le parlement européen a définitivement adopté le «règlement taxonomie». En une centaine de pages sont définies les activités qui méritent d’être considérées comme réellement vertes. Ce qui facilitera le travail des investisseurs souhaitant financer la transition énergétique.

La Commission estime que l'Europe a besoin d'environ 260 milliards d'euros d'investissements annuels supplémentaires pour atteindre les objectifs actuels de 2030 en matière de climat et d'énergie.

6 objectifs

«Verdir le secteur financier est une première étape pour que les investissements servent la transition vers une économie neutre en carbone», estime la rapporteure de la commission de l’environnement, Sirpa Pietikainen (PPE, FI).

Le «règlement taxonomie» fixe six objectifs environnementaux[1] et stipule qu’une activité ne peut être considérée durable que si elle atteint l’un d’entre eux sans nuire aux autres.

Le texte établit trois catégories d'investissement favorisant la transition climatique : les activités vertes ; de transition (les meilleures pratiques disponibles dans des secteurs incapables d’atteindre le zéro carbone, tels l'acier) et «les activités facilitatrices», comme les secteurs qui aident au développement d'activités zéro carbone, par exemple la fabrication d'éoliennes.

nucléaire en sursis

«Tous les produits financiers qui prétendent être durables devront le prouver en suivant des critères européens stricts et ambitieux. Par ailleurs, la législation donne un mandat clair pour que la Commission définisse les activités nuisibles à l'environnement», poursuit le rapporteur de la commission des affaires économiques et monétaires, Bas Eickhout (Verts/ALE, NL).

Certaines activités ont été jugées incompatibles avec la neutralité climatique mais nécessaires à la transition. Contrairement aux installations carburant au charbon et au lignite, les centrales au gaz et nucléaires pourraient être classées «activités transitoires et favorisantes», dans le courant de l’année prochaine.



[1] Réduction des émissions de gaz à effet de serre, adaptation aux conséquences du changement climatique, protection des ressources aquatiques et marines, transition vers une économie circulaire, prévention et réduction de la pollution, protection et restauration de la biodiversité.