Le miel parisien a un goût de Notre-Dame

Le 30 juillet 2020 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le panache de fumée de Notre-Dame-de-Paris
Le panache de fumée de Notre-Dame-de-Paris
VLDT

A Paris, la pollution au plomb liée à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, en avril 2019, a été observée jusque dans le miel des abeilles, révèle une étude franco-canadienne publiée dans la revue Environmental Science & Technology Letters.

Si son bilan a récemment été mis en doute, l’Ineris[i] estime que 150 kg de plomb, issus de la toiture et de la flèche de Notre-Dame-de-Paris, se sont volatilisés dans l’air lors de l’incendie de la cathédrale, le 15 avril 2019. Outre des dépôts massifs sur le parvis, le nuage plombé s’est déplacé vers l’ouest, avec des teneurs atmosphériques en plomb 20 fois supérieures à la normale observées à 50 km de Paris au cours de la semaine suivante.

Ce plomb semble avoir largement imprégné l’environnement, comme le révèle l’étude menée par Kate Smith, géochimiste à l’université de la Colombie-Britannique (Vancouver), et ses collègues. Dans leur étude menée sur 39 échantillons de miel récoltés en juillet 2019 dans des ruches franciliennes, les chercheurs montrent une très nette hausse de la concentration en plomb sur l’itinéraire du panache, de 0,023 microgramme par gramme de miel (µg/g) en moyenne, contre 0,008 µg/g pour les ruches parisiennes situées en-dehors de la zone exposée et 0,009 µg/g avant l’incendie.

Pas de risque pour la santé

Désormais parfait souvenir pour touristes, ce miel aromatisé Notre-Dame ne pose aucun risque pour la santé humaine: les teneurs en plomb y sont très inférieures à la valeur réglementaire européenne (0,1 µg/g de miel).

Du fait d’activités industrielles anciennes, le miel urbain n’en est pas moins plus chargé en contaminants métalliques (cuivre, nickel, plomb, antimoine, etc.) que celui issu d’un environnement rural: d’autres échantillons analysés par les chercheurs, issus de la zone rhônalpine, présentaient un taux de plomb de 0,004 µg/g, soit deux fois moins que le niveau de fond parisien.



[i] Institut national de l’environnement industriel et des risques