La restauration à domicile conviée à réduire ses déchets

Le 01 juillet 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
200 millions de repas ont été livrés en France en 2018
200 millions de repas ont été livrés en France en 2018

La secrétaire d’Etat Brune Poirson a reçu, ce 1er juillet, les acteurs de la livraison de repas à domicile pour leur demander une stratégie zéro déchet dans les 3 mois. Un secteur oublié par la loi sur l’économie circulaire.

Alors que la livraison de restauration à domicile a été dopée par le confinement, elle va devoir revoir quelques règles de fonctionnement. «Si nous n’engageons pas ce secteur dans la transition écologique, alors nous allons très vite crouler sous leurs déchets plastiques dont un grand nombre ne sont pas recyclables. De nouveaux modèles existent, comme la consigne. Il est temps de passer du tout-jetable au tout-réutilisable», a déclaré Brune Poirson. 200 millions de repas ont été livrés à domicile en 2018 selon le ministère de la transition écologique.

Volontariat forcé

Sur le mode du volontariat forcé, les acteurs du secteur, dont Deliveroo, Uber Eats, Sushi Shop, Pop Chef, Frichti et FoodChéri, ont trois mois pour proposer une stratégie zéro déchet incluant des actions précises de réduction, réutilisation et recyclage. «La première des pistes, dont nous avons beaucoup parlé aujourd’hui, c’est la consigne qui permet de réutiliser le packaging et les emballages», a déclaré le président de Sushi Shop, Christopher Jones. «C’est une piste sérieuse que nous allons étudier», a-t-il poursuivi. Un recyclage en vue de la consigne des emballages ? Cher à Brune Poirson, le dispositif avait fait l’unanimité contre lui lors de l’examen de la loi sur l’économie circulaire. Visant d’abord le recyclage, il avait ensuite été redirigé vers le réemploi, avant de disparaître au rayon des expérimentations. 

Rattrapage

L’évolution du secteur s’annonce timide. La restauration livrée à domicile a en effet échappé à toute obligation spécifique dans le cadre de la loi sur l’économie circulaire du 10 février 2020, contrairement à la restauration rapide sur place qui est obligée de n’utiliser que des couverts, assiettes et récipients réemployables à partir de 2023.

Interdictions générales

Pour l’heure, il n’est soumis qu’aux obligations générales de suppression de certains objets en plastique à usage unique (pailles, couvercles à verre, couverts, bâtonnets pour boissons) et d’interdiction des boîtes en polystyrène expansé en 2021.