La région Normandie boude la SNCF

Le 29 juillet 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Hervé Morin a annoncé avoir engagé une procédure devant les juridictions administratives, contre SNCF Réseau.
Hervé Morin a annoncé avoir engagé une procédure devant les juridictions administratives, contre SNCF Réseau.

Le président de l’exécutif régional, Hervé Morin, a suspendu les paiements de la Région Normandie à SNCF Réseau et l’enjoint à respecter ses engagements.

 

Après l’Ile-de-France, au tour de la Normandie de cesser de payer la SNCF. Si la première a mis fin à ses versements pour des questions de trésorerie, les raisons du président de la région Normandie, Hervé Morin, sont autres. A l’occasion d’un déplacement le 28 juillet, en gare de Gisors (Eure), l’élu a justifié sa décision par les difficultés récurrentes rencontrées par les usagers normands des TER. Retards, suppressions de rames, trains mal composés, retard de remise en service des voies en fin de chantier le week-end ou le matin… les raisons invoquées sont nombreuses. Et selon la région, depuis la reprise du trafic en juin, la situation ne cesse de s’aggraver.

Contacté par Le JDLE, Hervé Morin explique que les versements suspendus sont :  «l’engagement annuel de 160 millions d’euros pour le fonctionnement des trains, puis plusieurs centaines de millions d’euros pour les travaux».

Coup dur

Le directeur de la communication de la SNCF, Stéphane Lecomte, avance un début d’explication dans les colonnes du Parisien : «nous devions recevoir au printemps 20 nouvelles rames de type Omneo pour remplacer nos anciennes rames TER. Mais à cause du Coronavirus, l'entreprise Bombardier n'a pu en livrer que 4… Nous avons donc remis sur rails du matériel qui date parfois de quarante ans, et qui subit davantage de pannes…» Et d’ajouter : «On ne sait pas quand seront livrées les nouvelles rames. On va faire au mieux pour maintenir le service avec le matériel ancien».

La région le reconnait, la SNCF rencontre des difficultés liées aux travaux et aux retards de livraisons. «Nous avons repris les trains TER, sous l’autorité de la région, et avons lancé un plan massif de 2,2 Mds€», rappelle Hervé Morin. «J’accepte sans problème l’idée que les plans d’investissement soient longs à mettre en place, qu’avec des trains de plus de 40 ans il y ait des pannes, qu’il y ait des problèmes sur le réseau… Là où je n’accepte pas c’est quand il s’agit de défaut majeurs d’organisation et que ce soit les Normands qui payent».

Réunion d’urgence

Hervé Morin a demandé une réunion d’urgence avec Jean Pierre Farandou, Président de la SNCF, afin d’évoquer les dysfonctionnements «subis par les voyageurs entre la Normandie et Paris et établir un plan d’actions». «Je souhaite qu’SNCF réseau s’engage sur les conditions de réalisation des travaux et la disponibilité des sillons notamment. Bref que les voies soient en service quand il le faut !», s’agace l’ancien candidat à l’élection présidentielle. L’ex-ministre de la défense veut conclure une convention d’engagement pour fixer les obligations du gestionnaire d’infrastructure vis-à-vis de la région. Il demande aussi à ce que les voyageurs soient indemnisés.

En plus de suspendre les paiements, une procédure a été engagée devant les juridictions administratives, contre SNCF Réseau. Et ce, jusqu’à ce que soit établit le plan d’action.