La métropole de Lyon ne veut plus de diesel

Le 23 novembre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
A partir de 2026 seulement les véhicules Crit'Air 0 et 1 pourront circuler dans la ZFE de la métropole lyonnaise.
A partir de 2026 seulement les véhicules Crit'Air 0 et 1 pourront circuler dans la ZFE de la métropole lyonnaise.
DR

Le comité de pilotage de la Zone à Faibles Emissions (ZFE) de la Métropole lyonnaise a validé un principe d’extension du périmètre géographique de la ZFE et l’exclusion des véhicules diesel à horizon 2026.  

 

Sélectionner différents scénarios de l’évolution des conditions d’accès à la ZFE. C’était l’objet de la réunion du comité de pilotage de la ZFE de la métropole de Lyon. Son nouveau président, l’écologiste Bruno Bernard veut mettre un coup d’accélérateur en incorporant encore plus de zones urbaines dans la ZFE, qui englobe Lyon, Villeurbanne et Caluire. Alors que la zone ne concerne pour l’heure, que les véhicules professionnels Crit’Air 4 et 5 (Crit’Air 3 dès le 1er janvier 2021), il s’agit cette fois de les étendre aux voitures particulières.

Côté transport. La métropole envisage doubler le budget alloué au Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l'agglomération lyonnaise (Sytral). Il devrait s’établir à 2,5 milliards d’euros. Sont aussi prévus de nouveaux tram et BHNS et extensions de métro (A,B,D).

Objectif : sortir du diesel

L’élu écologiste souhaite exclure les diesels d’ici la fin de son mandat, en 2026. A cette date seuls les Crit'Air 0 et 1 seront autorisés à entrer dans le périmètre de la ZFE. «Notre objectif est qu’à terme le parc automobile soit à la fois réduit et dépollué», explique-t-il dans un communiqué.

«Le futur dispositif sera annoncé prochainement pour laisser aux acteurs (professionnels et particuliers) le temps d'anticiper leurs décisions d'investissement» indique la Métropole. La capitale des Gaules pourrait, en outre, soutenir les alternatives à la voiture individuelle:, les transports en commun (cf encadré), l’autopartage et le covoiturage, une aide à l’acquisition ou à l’usage de véhicules à faibles émissions.  

Une étude et un vote

Avant toute décision, une étude sera menée par les services de la métropole afin de connaître l’utilisation des véhicules les plus polluants, de façon quotidienne ou occasionnelle, et afin de déterminer les dispositifs d’accompagnement à mettre en œuvre.

Dans l’optique d’une interdiction de circulation au-delà de Crit’Air 1, 70% des véhicules des ménages ne pourront plus circuler. Le dispositif et ses évolutions doit encore être validé par les élus métropolitains en mars 2021. Dans le meilleur des cas, Bruno Bernard espère une entrée en vigueur de la nouvelle ZFE fin 2021 début 2022.