La masse anthropique est désormais égale à la biomasse sur Terre

Le 29 janvier 2021 par Esther Amar
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Comme un goût de toujours plus.
Comme un goût de toujours plus.

Les travaux de chercheurs israéliens donnent du poids au concept de l'anthropocène, indique la journaliste Esther Amar, vice-présidente de l'association des journalistes de l'environnement (AJE).

En décembre dernier, malgré la crise sanitaire, une étude financée entre autres par le Conseil européen de la recherche (CER) et publiée dans le prestigieux Nature a été largement relayée par la presse internationale. Le Pr Ron Milo et son équipe à l’Institut Weizmann des sciences en Israël ont calculé que la masse de tous les matériaux produits par l’homme, béton, acier, asphalte, bâtiments, véhicules, plastiques et produits divers est désormais égale à la masse de toute vie sur la planète, c’est-à-dire à la biomasse. Au début du XXe siècle, la «masse anthropique» produite par l’homme était égale à environ 3% de la biomasse totale. Cette masse a doublé tous les 20 ans avec une nette accélération à partir des années 1950, conduisant par endroits à une «jungle de béton». D’ici à 2040, elle devrait atteindre plus de deux tératonnes, soit plus du double de la masse des êtres vivants.

masse anthropique

L’Institut de biologie de l’Ecole normale supérieure (ENS), qui suit les travaux du Pr Milo depuis plusieurs années, précise: «Il existe plusieurs méthodes de mesurer la biomasse: poids frais, poids sec, masse de carbone. Cette dernière a été retenue par Weizmann car elle permet de s’affranchir de la quantité d’eau, variable, des organismes et parce qu’elle est la plus fréquemment utilisée dans la littérature scientifique. Pour obtenir la masse sèche à partir la masse de carbone, on multiplie cette dernière par 2, facteur de conversion caractéristique entre masse en carbone et masse sèche». Comment en est-on arrivé là ?

toujours plus

La population humaine a certes quadruplé, mais aujourd’hui, en moyenne, pour chaque personne présente sur le globe, une quantité de masse anthropique supérieure à son poids corporel est produite chaque semaine. Maisons individuelles spacieuses, routes et immeubles de bureaux à plusieurs étages, véhicules personnels se sont multipliés aux États-Unis, en Europe, en Asie et dans bien d’autres pays.

Les travaux de Weizmann fournissent une photographie de la planète en 2020, montrent le rôle majeur de l’humain dans la modification de la surface de la Terre à l’ère de l’Anthropocène et invitent à approfondir la façon dont les matériaux naturels circulent à travers les cycles vivants et géologiques de la planète. Les chercheurs israéliens appellent les décideurs du monde entier à prendre leurs responsabilités face à cet inversement de tendance sans précédent dans l’histoire de l’humanité.