La fin du Journal de l’Environnement

Le 18 décembre 2020
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Bip.
Bip.
DR

Votre quotidien va s'éteindre dans les premières semaines de 2021. Voici pourquoi.

Le 10 décembre, la rédaction a appris, incrédule, la fin du Journal de l’Environnement. Une semaine plus tard, l’information était rendue publique par Stratégies et La Lettre A.

Quotidien dédié aux professionnels français de l’environnement, le JDLE a fait ses premiers pas sur le net en 2004. Lettre gratuite, initialement destinée à valoriser l’activité de conseil juridique en environnement de son éditeur, la société Red on Line, le quotidien s’est affirmé comme un médium de référence depuis son passage «au payant», il y a dix ans.

palette étendue

Pointu sur les sujets habituellement versés dans la grande bannette de l’environnement (eau, déchets, énergie), le JDLE a étendu sa palette aux nouvelles préoccupations des entrepreneurs et des élus: changements climatiques, liens entre la santé et l’environnement, protection de la biodiversité, agriculture, alimentation, pêche, économie circulaire, transports, rénovation urbaine et construction.

Le JDLE s’est aussi ouvert aux questions touchant à la l’alimentation. Cette diversification s’est concrétisée par la publication du Journal de la sécurité alimentaire, qui a compté jusqu’à 5.000 aficionados.

panne d'investissements

Au moment où nous allions lancer une nouvelle formule, notre éditeur, le groupe Infopro Digital, a décidé, unilatéralement, de mettre fin à cette aventure éditoriale et humaine. Les arguments évoqués tiennent en une formule sibylline: manque de rentabilité.

Plusieurs années durant, le JDLE a pourtant affiché une marge brute supérieure à 10%. Insuffisant. Ce «manque de performance financière» explique, paradoxalement, l’absence d’investissement en faveur du recrutement d’abonnés, de la diffusion, de la vente d’espace publicitaire et de la modernisation du site.

Le JDLE a également pâti de l’interdiction qui lui a été faite de se diversifier dans l’organisation d’événements, source appréciable de revenus supplémentaires pour la presse.

un collectif

La cession du titre n’étant pas envisagée par son propriétaire, l’avenir du JDLE et des membres de sa rédaction est compté. Stéphanie Senet, Romain Loury, Victor Miget et Valéry Laramée de Tannenberg remercient les lecteurs pour leur fidélité et le formidable soutien qu’ils ont témoigné ces derniers jours, ainsi que toutes les personnes qui ont participé, activement, à la vie du journal. Claude Deries en tête !

Gageons que l’esprit du JDLE perdurera, au-delà de l’arrêt de sa publication, probablement dans les premières semaines de 2021.

Merci à toutes à et à tous.

Au plaisir de vous retrouver dans d’autres colonnes.