La faune sauvage, malade du réchauffement

Le vendredi 20 novembre 2020 à 18h 17 par Romain Loury
Une grenouille frappée par la chytridiomycose
Une grenouille frappée par la chytridiomycose
Jamie Voyles

Le changement climatique constitue un risque sanitaire pour les humains, mais aussi pour la faune sauvage. Selon une étude publiée vendredi 20 novembre dans Science, les animaux des zones tempérées pourraient connaître un risque accru de maladies infectieuses, tandis que ceux des zones tropicales seront au contraire moins menacés.

Extrait : Dans son étude, l’équipe de Jason Rohr, biologiste à l’université de Floride du Sud (Tampa), confirme l’hypothèse du ‘thermal mismatch’ (‘discordance thermique’ en français). Celle-ci repose sur l’idée que les...

comment lire l'article complet ?

Vous êtes abonné

Saisissez vos codes d’accès :

Mot de passe perdu?
Cliquez ici

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous au JDLE et soyez au cœur de l’information professionnelle en Hygiène, Sécurité et Environnement.

Découvrez notre offre d’abonnement :

  • - Un accès simple à toute l’actualité HSE pour une meilleure maitrise des risques
  • - Une communauté de professionnels et un outil d’échange pour partager vos retours expériences
  • - Une newsletter quotidienne pour ne pas passer à côté de l’information

en savoir plus