La dynamique de l’éolien mondial

Le 05 avril 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Comme souvent, la France reste l’exception. Dans le domaine culturel, comme dans l’éolien. Si les turbines ont du mal à s’élever dans l’Hexagone, tel n’est pas le cas dans le reste du monde. Selon une étude publiée en fin de semaine dernière par BTM Consult, la capacité éolienne a progressé, l’an dernier, de 20%, s’établissant (à la fin de 2004) à 47 912MW. C’est l’Europe qui a le plus érigé d’aérogénérateurs, l’an passé, avec 5 952 mégawatts (MW) installés, soit 73% des nouveaux parcs. Pour la première fois, l’Espagne a construit plus de moulins à vent que l’Allemagne (2 064 MW contre 2 054 MW). Les Amérique n’ont inauguré que 516 MW, contre 1 818 MW en 2003. L’Asie a, en revanche, beaucoup progressé avec 1 648 MW (deux fois plus qu’en 2003), dont 875 MW en Inde. Le marché reste entre les mains des grands constructeurs. A eux quatre, Vestas, Gamesa, Enercon et GE Wind pèsent 79,3% du marché mondial. Pour la période courant jusqu’en 2009, le consultant danois prévoit un accroissement de la capacité éolienne mondiale d’environ 58% (soit 117 142 MW), notamment en Amérique et en Asie. L’Europe abritant 58% du parc de la planète. Sur le long terme (2014), le parc global devrait représenter une capacité de 235 000 MW.