La décroissance: une piètre stratégie climatique

Le 22 juillet 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La décarbonation doit être aussi économique.
La décarbonation doit être aussi économique.
Calle Eklund/V-wolf

En réduisant notre appétit énergétique, la récession imputable à la crise sanitaire va alléger durablement notre bilan carbone. Mais à des coûts dévastateurs, indique une étude de Rexecode.

 

La contrainte carbone inquiète de plus en plus les entrepreneurs. Les économistes classiques commencent à intégrer les trajectoires d’émissions de GES dans leurs exercices de prospectives. Dernier exemple en date : Rexecode.

Proche du patronat français, le Centre de recherches pour l’expansion de l’économie et le développement des entreprises a récemment créé un pôle Energie-climat. Pour leur premier exercice, les chercheurs ont évalué, à moyen terme, les effets sur l’économie et les émissions de CO2 de la crise sanitaire.

une perte de 7.900 milliards de dollars

Publiée le 21 juillet, leur note montre les conséquences dramatiques pour l’économie de plusieurs mois de confinement. Entre 2019 et 2020, le taux de production de richesses devrait reculer de 10%, en France, de 8,6% dans les 27 pays de l’Union européenne et de 4,6% dans le monde. Les économistes traduisent ces pourcentages en argent sonnant et trébuchant. «La perte de volume du PIB mondial en 2020 serait de 7.900 milliards de dollars. Malgré le rebond de 2021, la perte de volume du PIB de 2020 à 2030 serait de 51.800 milliards de dollars.» Ces simulations ne prennent pas en compte les accélérations que pourraient apporter les plans de relance.

répercussions énergétiques

Quoi qu’il en soit, cette forte baisse attendue de l’activité[1] aura nécessairement des répercussions énergétiques. La chute de l’activité enregistrée ces dernières semaines a considérablement réduit la demande en produits pétroliers et en électricité. De quoi alléger momentanément notre bilan carbone. «La révision en baisse des émissions de CO2 que nous prévoyons pour l’année 2020 du fait de la récession sont de 11,4% pour la France, de 9,8% pour l’Union européenne et de 7,6% pour le monde.»

cher bilan carbone

Malgré l’inévitable rebond d’activité, que Rexecode annonce pour l’année prochaine, nous ne consommerons pas autant d’énergie (et donc de carbone) que prévu avant la crise sanitaire. Sur l’ensemble de la période 2020-2030, les analystes estiment les économies d’émission carbonées à 190 Mt de CO2 pour la France, 1,6 milliard de tonnes (GtCO2) pour l’Union européenne et 17,2 GtCO2 pour le monde.

Cette bonne nouvelle pour le climat ne l’est pas forcément pour les économistes. Certes, la France et l’Europe se trouvent désormais sur des trajectoires proches de celles qu’il nous convient de tenir pour stabiliser le réchauffement à 2 °C. Mais à quel coût ?

En conjuguant les pertes économiques aux baisses d’émission, les experts de Rexecode estiment le coût économique de chaque tonne de gaz carbonique non émise du fait de la crise. Des chiffres sidérants: 8.700 euros/t pour la France, 5.200 €/t pour l’Union européenne et 220 €/t pour le monde. Ca fait très cher pour une décarbonation temporaire. «Au regard des coûts mentionnés, on peut retenir qu’une crise économique, par nature brutale, n’est pas un bon moyen d’atteindre nos objectifs climatiques», commente, sur Twitter, Benoît Leguet, directeur général de l’institut de l’économie pour le climat (I4CE). La décroissance s’annonce finalement moins séduisante que prévue.

 

Prospectives ante et post crise sanitaire

 

2019

2020

2025

2030

 

ante

post

ante

post

ante

post

ante

post

France

 

 

 

 

 

 

 

 

PIB (Md€)

2.349

2.349

2.378

2.107

2.531

2.408

2.693

2.506

Consommation énergie primaire (Mtep)

240

240

239

212

230

219

220

204

Emissions CO2 (MtCO2)

327

327

321

284

291

277

259

241

Union européenne

 

 

 

 

 

 

 

 

PIB (Md€)

13.279

13.279

13.499

12.177

14.610

13.965

15.731

14.823

Consommation énergie primaire (Mtep)

1.374

1.374

1.369

1.235

1.328

1.269

1.265

1.192

Emissions CO2 (MtCO2)

3.034

3.034

2.997

2.703

2.785

2.662

2.535

2.389

Monde

 

 

 

 

 

 

 

 

PIB (Md€)

85.036

85.036

87.842

81.125

102.899

99.410

119.766

115.244

Consommation énergie primaire (Mtep)

14.671

14.671

14.967

13.822

16.426

15.869

17.831

17.157

Emissions CO2 (MtCO2)

36.204

36.204

36.884

34.063

40.212

38.848

43.360

41.722

Source : Rexecode

 



[1] Laquelle pourrait s’aggraver en cas de seconde vague de confinement, hypothèse non retenue par Rexecode.