La consigne du verre devrait être généralisée en 2025

Le 09 décembre 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La consigne du verre est déjà répandue en Alsace
La consigne du verre est déjà répandue en Alsace

Selon les documents transmis par le gouvernement à la convention citoyenne pour le climat (CCC) le 7 décembre, la consigne du verre serait obligatoire en France en 2025.

C’est l’une des rares propositions du groupe de travail « Consommer » à être reprise « sans filtre » par le gouvernement. A ne pas confondre avec la consigne pour recyclage des emballages qui a défrayé la chronique sous le secrétariat d’Etat de Brune Poirson, la consigne voulue par les conventionnels vise à mettre en place progressivement un système de consigne du verre -en vue de le laver pour le réutiliser- et de le généraliser en 2025. Celui-ci ne viserait que les emballages en verre et non d’autres produits comme les fenêtres. C’était d’ailleurs l’une des mesures[1] préconisées en décembre 2017 par les citoyens lors de la consultation publique organisée en amont de la feuille de route nationale sur l’économie circulaire.

C’est une étape supplémentaire par rapport à la loi Agec[2], qui prévoit seulement la possibilité d’obliger les producteurs et les éco-organismes de mettre en place des systèmes de consigne pour atteindre les objectifs de prévention et de gestion des déchets affichés dans leur cahier des charges. A condition que leur bilan environnemental soit positif, précise l’article 66.

Des bénéfices à optimiser

Préconisée par l’association Zero Waste, la consigne du verre présente des bénéfices environnementaux et climatiques, d’autant plus grands que le nombre de réutilisations est important, que les performances de lavage sont optimisées et que le transport est réduit selon une étude publiée en novembre 2018 par l’Ademe.

La disposition devrait être inscrite dans le projet de loi issu de la CCC qui sera présenté le 27 janvier en conseil des ministres. Contrairement à l’obligation d’implanter du vrac dans tous les magasins, également recommandée par les conventionnels. Le gouvernement n’envisage que de consacrer 20% des surfaces de vente au vrac en 2030, dans les seuls magasins de plus de 400 mètres carrés.

 



[1] Avec la consigne pour réemploi du métal et du plastique

[2] Loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire