L’info environnementale : une info cruciale

Le 29 janvier 2021 par Corinne Lepage
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Etre bien informé est aussi un acte de citoyenneté.
Etre bien informé est aussi un acte de citoyenneté.
DR

Vitale pour éclairer les débats de société, l’information environnementale est menacée pour des motifs pas toujours avouables, rappelle l’ancienne ministre de l’Environnement, Corinne Lepage.

L’information est dans tous les domaines un secteur-clé et, le développement des GAFA et l’exploitation des données en est le meilleur exemple si certains en doutaient encore. Mais, dans le domaine de l’environnement, elle est cruciale car les débats qui sont souvent d’ordre scientifique avant d’être juridique ne peuvent se dérouler que pour autant que l’information de base est partagée.

masquer l'information essentielle

Il ne faut donc pas s’étonner du combat mené en permanence, malgré les conventions d’Espoo et d’Aarhus contre la transparence dans le domaine de l’information environnementale. Secret des affaires, risques terroristes, tous les moyens sont bons pour essayer de priver les associations, les citoyens et même les collectivités locales des informations indispensables pour connaître les niveaux de pollution quelque soient les milieux et les niveaux de destruction des espèces et des espaces.

La disparition en France de l’institut français de l’environnement (Ifen), en 2003, a sonné le glas d’une information indépendante mais aussi de la fourniture de tous les éléments d’information nécessaires sur la situation environnementale en France au niveau communautaire puisque l’Ifen était le point focal de l’agence européenne de l’environnement (AEE).

une faiblesse française

Tout ceci explique l’importance que revêt la presse environnementale, celle qui est en capacité de trouver les informations, de les décoder et de les expliquer. La presse environnementale française est relativement modeste, voire très modeste et la disparition du JDLE est très dommageable parce qu’elle réduit encore cette presse à un moment où la communication tient lieu de politique et/ou les sujets environnementaux sont devenus des sujets absolument majeurs pour l’ensemble de la population et l’ensemble des activités.

Espérons seulement que cette disparition suscitera de nouvelles vocations, sous des formats qui pourraient qui peuvent être différents mais avec l’objectif de poursuivre inlassablement le veau d’information face à de grands lobbys qui possèdent globalement la presse et sont généralement très pressés de voir disparaître une presse indépendante surtout lorsqu’elle aborde les sujets qui fâchent…