L'Etat doit informer sur le désamiantage du Clémenceau

Le 19 mai 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le gouvernement va devoir communiquer le contrat passé avec la société Ship decomissioning industries corporation (SDI) concernant le désamiantage du porte-avions Clémenceau à l'Association nationale des victimes de l'amiante (Andeva) et à Greenpeace, selon le jugement de la cour d'appel de Paris du 22 avril. L'échéance a été fixée au 23 juin 2004 au plus tard, au-delà il devra verser une peine d'astreinte de 1.500 euros par jour. Les deux associations s'opposent au départ du porte-avions vers l'Inde où doivent s'effectuer les travaux de nettoyage, en raison d'un manque de formation et d'équipement du personnel indien. Sans oublier que ce départ irait à l'encontre de la Convention de Bâle sur les mouvements transfrontaliers et de l'interdiction d'exporter des déchets lorsque le prestataire étranger ne dispose pas des compétences pour les traiter.