L’environnement, ça commence à bien faire !

Le 29 janvier 2021 par Hélène Peskine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un aller-retour aux Maldives, et hop !
Un aller-retour aux Maldives, et hop !
DR

Faute de JDLE, l'environnement n'aura qu'à se débrouiller tout seul, rugit Hélène Peskine, secrétaire permanente du Plan urbanisme, construction, architecture (Puca).

Chers lecteurs, il est venu le temps de sortir du bois, et de revenir à la civilisation. Nous ne supportons plus les non-dits et pour préserver notre probité journalistique et la qualité de linformation, nous avons décidé de ne plus prendre la défense de lenvironnement. Il na qu’à se débrouiller tout seul.

Les cataclysmes pourraient se multiplier? Attendons de voir. Nous sommes désormais rodés au confinement, nous navons pas peur du changement climatique. Nous nen pouvons plus de répondre à linjonction de bourgeois bohèmes bien pensants nous imposant leur interminable transition écolo-énergétique, nous obligeant à prêcher la résilience, la sobriété  heureuse.

disons stop

Nous voulons croire dans une France du progrès industriel et technologique qui autorise la science et la technique à produire des déchets, des pollutions, à détruire des emplois, à transformer des paysages, à nous débarrasser de tous ces nuisibles, insectes ou espèces envahissantes.

Alors que le plus haut niveau de lEtat nous impose désormais les recommandations de 150 citoyens embrigadés, que les collectivités ne jurent plus que par les énergies renouvelables, les circuits courts et la réconciliation avec la nature, que les entreprises soumettent leurs stratégies à des certifications socio-environnementales, nous avons décidé de dire STOP.

Nous avons tenté durant toutes ces années de faire vivre avec humour ce Journal de lenvironnement, et c’était une véritable gageure, tant les défenseurs de la nature manquent de second degré («il ny a pas de degré B»?). Maintenant, un bon bain, et un petit aller-retour en avion aux Maldives, avant quelles ne soient submergées. Bon vent !

 

Pour le collectif des journalistes du JDLE, Hélène Peskine