L’Ademe veut verdir la logistique

Le 25 juin 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Triporteurs vélos cargo
Triporteurs vélos cargo
VLDT

L'Agence de la transition écologique (Ademe) lance un appel à projet de recherche pour alléger l’empreinte écologique du transport de marchandises.

 
 

L’appel à projet de recherche (APR) privilégie trois thématiques : développement du transport combiné, optimisation du transport de marchandises par la mutualisation et occupation des espaces résiduels disponibles, et la logistique à vélo.  

Booster le transport combiné

Les projets du premier axe pourront être « orientés vers des systèmes d’information multimodale », explique l’agence. Et ce, de façon à offrir une visibilité aux différents opérateurs sur les temps de parcours des transports ferroviaire et fluviale.

Il s’agira aussi de revitaliser des petites lignes ferroviaires ou d’en développer de nouvelles, grâce à l’intégration de flux diffus et de wagons isolés permettant de reconstituer des trains de fret complet. Afin de se rapprocher des points de livraison, «les projets pourront également porter sur la combinaison du transport combiné aux activités de logistique urbaine». Via notamment le développement de terminaux de petite taille ou d’autodéchargements de barges au cœur même des villes.

Mutualiser

L’Ademe attend aussi des projets pour optimiser les flux de marchandises entre professionnels. Face aux flux énormes que génère le e-commerce, cela pourrait prendre la forme de développement de hubs pour mutualiser les véhicules, de livraison par quartier ou encore par « l’ouverture des données de professionnels du secteur à des fins organisationnelles ».

Développer la logistique vélo

Le troisième et dernier axe ambitionne d’accélérer la densification des flux de logistique à vélo. Sont attendus des projets s’attachant à organiser lesdits flux en ville pour un meilleur acheminement des marchandises – dans des consignes par exemple. Ou encore des services destinés aux opérateurs qui ont déjà fait le choix de la bicyclette (stockage, recharge de véhicule électrique, etc.)

Les projets pourront bénéficier d’une aide de 200.000 euros. Ils devront être déposés avant le 16 septembre.

A noter que le plafond d’aide peut être rehaussé « dans le cadre d’un cofinancement, par exemple avec une collectivité territoriale et/ou un conseil régional ». L’Ademe demande à qu’un bilan énergétique et environnemental de la mise en œuvre du projet par rapport « à la situation actuelle ou communément utilisé » soit établi. Et ce, sur des critères de consommations d’énergie, d’émissions de CO2 et de gaz polluants, ainsi que sur l’utilisation des ressources.