Jean Castex, un inconnu de l’environnement

Le 03 juillet 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Jean Castex, nouveau premier ministre.
Jean Castex, nouveau premier ministre.
DR

Le président de la République a nommé, ce 3 juillet, l'ancien "Monsieur déconfinement" au poste de premier ministre, en remplacement d'Edouard Philippe, démissionnaire. 

Le choix est finalement tombé sur le moins connu. Alors que les réseaux sociaux bruissaient de mille et une rumeurs sur le nom du successeur d’Edouard Philippe, le président de la république a finalement choisi Jean Castex comme premier ministre.

Le nouveau locataire de l’hôtel de Matignon n’est pas totalement un inconnu. Haut fonctionnaire de 55 ans, le maire de Prades (Pyrénées-Orientales) exerçait jusqu’à présent la délicate fonction de délégué interministériel chargé du déconfinement.

Sarkozyste convaincu, avant de soutenir François Fillon aux dernières présidentielles, ce gersois d’origine connaît bien les ors de la république et les arcanes de l’administration.

deux pandémies à son actif

En 2005, l’énarque amateur de rugby est directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale, avant d’être bombardé directeur de cabinet du ministre de la Santé. Il y affrontera l’épidémie de grippe H5N1, avant de suivre son patron, un certain Xavier Bertrand au ministère du Travail (2007-2008).

En 2010, il remplace Raymond Soubie comme conseiller aux affaires sociales du président Sarkozy, avant d’être promu secrétaire général adjoint de l’Elysée, début 2011.

Sa nomination à la tête du gouvernement ne doit pas surprendre. A la tête d’une équipe réduite, l’ancien délégué interministériel aux Jeux olympiques de Paris-2024 et aux grands événements sportifs s’est plutôt bien acquitté de sa mission de préparation au déconfinement. Il y a  20 mois, il avait failli succéder à Gérard Collomb au ministère de l’Intérieur.

3 priorités

Son profil de droite sociale laisse deviner les priorités du prochain gouvernement : l’emploi (sujet qui promet d’être dramatique dans les prochaines semaines), la relance de l'économie (le plan massif est en préparation) et la réforme des retraites (toujours d’actualité a rappelé le président Macron).

L’environnement, le climat ? Ce n’est pas la tasse de thé de ce conseiller-maître de la Cour des comptes. Mais ce Catalan d’adoption est réputé apprendre vite.

Il doit en attendant constituer son gouvernement, avant de le proposer au président de la république.

Probablement avant mercredi.