Jean Castex alloue 11 milliards d’euros aux transports

Le 23 décembre 2020 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
SNCF Réseau va moderniser le réseau national le plus fréquenté.
SNCF Réseau va moderniser le réseau national le plus fréquenté.
VLDT

L’objectif du plan de relance est clair : accélérer la transition verte et pérenniser les investissements. Les montants sont qualifiés d’historiques par le gouvernement. Ecologistes et associations tempèrent l’enthousiasme.

 

Article initialement publié le 03/09/2020

Sur les 30 Milliards d’euros (Mds€) que le plan de relance consacre aux sujets environnementaux 11 Mds€ seront dédiés aux transports sur deux ans ans.

La Sncf rafle le jackpot

Passés les plans de sauvetage de l’aéronautique et de l’automobile présentés en juin, aujourd’hui, c’est principalement sur le rail que l’accent est mis. La seule SNCF se voit doter de 4,7 Mds€. «La SNCF n’avait pas encore fait l’objet d’un plan de soutien de l’Etat», justifie-t-on dans l’entourage du ministre des transports. Anomalie corrigée. Ce plan, vise à venir en aide à l’entreprise publique, affectée par la crise de la Covid-19. Ainsi qu’à poursuivre les investissements déjà engagés, favoriser le report modal du transport de voyageurs et du fret et désenclaver le territoire via la relance de desserte fine du territoire.

Doubler la part du fret

Concernant le fret ferroviaire, l’Etat ambitionne de faire passer sa part modale de 9% à 18%. 200 millions d’euros (M€) pérenniseront des investissements dans les gares multimodales. 200 autres M€ viendront en soutien à l’exploitation, à la prise en charge des coûts des péages pour le fret, ou encore l’aide au wagon isolé.

Du côté des voyageurs, SNCF Réseau modernisera le réseau national le plus fréquenté. Ce sont aussi deux lignes de trains de nuit, Paris-Nice et Paris-Tarbes, qui reprendront du service dans les deux années à venir. Montant de la facture : 100 M€ nécessaires à la rénovation des wagons et à l’amélioration des arrivées en gare. L’Etat et les régions comptent aussi réinvestir dans les lignes de desserte fine afin «d’augmenter l’offre dans les territoires moins denses et mieux les relier aux zones urbaines», précise un communiqué. A ce titre, le gouvernement a signé, en février dernier, deux premiers plans d'action régionaux avec le Centre Val-de-Loire et le Grand Est.  

Bruno Gazeau, président de la Fnaut, se félicite de l’effort pour «les transports publics avec une enveloppe importante et de vraies avancées pour le fret et le train de nuit». Mais ces quelques milliards ne règlent pas tout. «Ce plan de relance est suffisant dans l’immédiat, mais pas sur le long terme, il faudra poursuivre les efforts sur toute la décennie». De son avis, «Il est aussi nécessaire de se pencher sérieusement sur la recapitalisation des entreprises de transport, et les compensations suite à la crise sanitaire». Ce sujet devrait être traité dans le courant du mois de septembre.  

Soutenir la conversion du parc automobile

La recherche et développement dans les secteurs de l’aéronautique et de l’automobile seront dotés de 2,6 Md€. Le gouvernement compte renforcer les trajectoires budgétaires pour voir circuler un million de véhicules électriques à horizon 2022. Ainsi 2 Md€ seront consacrés au soutien à la demande en véhicules propres du plan automobile (bonus écologique, prime à la conversion). 100 M€ serviront au financement de voies réservés sur les grands axes routiers et aux bornes de recharge. Le gouvernement ambitionne un parc de 100.000 bornes de recharge en 2021, contre 30.000 aujourd’hui.

Transport du quotidien 

Concernant les transports du quotidien, l’exécutif vise avant tout l’amélioration des lignes franciliennes ferroviaires structurantes, (RER B et D…) et la sécurisation des investissements en régions (nouvelles lignes de métros et de tramways). La plus grosse dotation revient à la région capitale. L’Ile-de-France rafle 700 M€ pour les deux prochaines années : deux fois plus que la Province et les Outre-mer.

Le vélo s’en tire à très bon compte. Plébiscitée depuis le déconfinement, la petite reine voit son enveloppe gonflée à 200 M€. Soit une multiplication «par 3 du budget envisagé jusqu’alors sur les deux années à venir», rappelle un proche du ministre chargé des transports. Au menu: plus de pistes cyclables, de passerelles ou de stationnements sécurisés.

«Les efforts du gouvernement sur le vélo quotidien sont notables», se félicité Olivier Schneider. Néanmoins, le président de la fédération des usagers de la bicyclette espère, «que les collectivités locales saisiront la perche tendue, que ce soit en continuant dans leur lancée post-confinement (pérennisation des aménagements «de transition»), ou en s’y mettant grâce au plan de relance».

Des ports branchés

Le dernier volet concerne les infrastructures et les ports. L’Etat a provisionné 175 M€ pour rénover des canaux du réseau des Voies navigables de France. Les grands ports étatiques bénéficieront d’une ligne de crédit de 200 M€ pour installer des lignes électriques pour les

.