Il n’y aura pas de Center Parcs à Roybon

Le 09 juillet 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Coup fatal pour la bulle de Roybon
Coup fatal pour la bulle de Roybon

Le groupe Pierre et Vacances a annoncé, le 8 juillet, l’abandon de son projet de Center Parcs à Roybon (Isère). Un projet ciblé par de nombreux recours judiciaires et dont le terrain est occupé par une ZAD depuis 2014.

Ce matin, la forêt de Chambaran, au Nord du plateau du Vercors, s’est réveillée avec les cris de joie des opposants. Dans un communiqué de presse, le groupe Pierre et Vacances affirme jeter l’éponge à cause des nombreuses «procédures judiciaires contestant depuis plus de 10 ans les autorisations administratives». «L’autorisation de défrichement, indispensable à la réalisation du projet, était devenue caduque et l’accès du site étant bloqué par des zadistes occupant illégalement le terrain depuis 2014, Center Parcs a décidé de se retirer de ce projet», poursuit-il.

Au cœur d’une zone humide forestière

Lancé en 2007, le projet visait à construire, dans la forêt de Chambaran, un millier de cottages de 54 à 170 mètres carrés, ainsi que des restaurants et des commerces autour d’une bulle transparente maintenue à 29 degrés, avec piscines, toboggans et jaccuzis. Pour un coût de 390 millions d’euros. Un projet étendu sur 145 hectares, qui imposait la destruction de 79 hectares d’une zone humide forestière. Lors des recours judiciaires intentés depuis 2010, les magistrats ont souligné à maintes reprises l’absence de saisine de la Commission nationale du débat public (CNDP) et l’insuffisance des mesures de compensation.

Un projet «d’une ancienne période»

La nouvelle ministre de la transition écologique Barbara Pompili a également salué la nouvelle. Dès l’origine, elle s’est opposée à ce projet «typique d’une ancienne période où on ne se préoccupait pas de la nature», qu’elle a qualifié d’«absurdité en matière environnementale». «En plus, il y avait eu un clair manque de concertation en amont», a-t-elle déclaré sur l’antenne de France Info. «On ne peut plus aujourd’hui faire des projets comme cela sans associer ceux qui vivent tout près et associer de manière générale les citoyens. Ce qui se passe là montre qu’on est passé à autre chose».

En Allemagne, Danemark et Scandinavie

Le groupe Pierre et Vacances poursuit toutefois ses projets ailleurs, confirmant l’instruction de deux nouveaux Center Parcs dans le Nord de l’Allemagne et en Bavière ainsi que l’étude de deux projets dans la région de Berlin. Un autre projet est en phase de finalisation au Danemark et deux autres sites ont été identifiés en Scandinavie.

En France, trois autres projets font l’objet d’une forte opposition, dans la forêt de Poligny (Jura), au Rousset (Saône-et-Loire) et Bois-Francs (Eure).