Guyane: Prométhée carburera aux biocarburants

Le 19 octobre 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La centrale de Dégrad-des-Cannes doit s'arrêter en 2023.
La centrale de Dégrad-des-Cannes doit s'arrêter en 2023.
EDF

La future centrale électrique guyanaise devra brûler de l'agrocraburant plutôt que du fioul, a indiqué le ministère de la transition écologique. Reste à savoir lequel?

In extremis, le gouvernement tente de verdir le futur système électrique guyanais. Bravant le confinement, les services du ministère de la transition écologique ont annoncé, dans la soirée du 17 octobre, un changement d’importance pour le projet de centrale thermique de Larivot (Guyane française).

Porté par EDF PEI, filiale locale d’EDF, le projet Prométhée prévoit la construction d’une centrale hybride fioul-photovoltaïque. D’une puissance totale de 130 MW[1], cette installation doit, en principe, être mise à feu en 2023, en remplacement de la centrale thermique au fioul de Dégrad-des-Cannes[2], près de Cayenne. Coût du chantier: 500 M€.

Initialement, la centrale devait consommer du fioul léger: mauvais pour le bilan carbone de la Guyane. Dans son avis, l’Autorité environnementale avait rappelé que Larivot allait émettre 455.000 tonnes de CO2 par an: presque quatre fois le tonnage de gaz carbonique émis par la vielle centrale.

biomasse liquide

Une critique jugée pertinente par le ministère de la transition écologique. Les services de Barbara Pompili demandent donc au groupe EDF de remplacer le fioul léger par de la «biomasse liquide». Traduction: des agrocarburants.

«Cette réorientation du projet permettra de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre puisqu’elles seront au moins 3 fois inférieures au projet initial et 4 fois inférieures à celles de l’actuelle centrale de Dégrad-des-Cannes. Ce projet réduira également fortement les émissions d’oxydes d’azote (-64%) et d’oxydes de soufre (-99,6%)», précise le ministère.

Question: quelle sera cette fameuse biomasse liquide? D’emblée, Paris boycotte les combustibles réputés problématiques. «Ils ne devront pas provenir de matières premières présentant un risque élevé d’induire des changements dans l’affectation des sols. L’utilisation d’huile de palme et de soja sera notamment exclue», poursuit l’Hôtel de Roquelaure.

EDF propose donc de recourir à du biodiesel produit à partir des résidus de colza. Une expérience, concluante, a déjà été menée sur la centrale guadeloupéenne de Pointe-Jarry. «Techniquement, on sait que cela fonctionne, mais il nous faut encore sécuriser l'approvisionnement», explique un porte-parole de l'électricien. Saipol, filiale du groupe Avril, semble bien positionnée pour ce faire. 

Pour autant le combustible fossile n'a pas dit son dernier mot. La Direction générale des territoires et de la mer (DGTM, Guyane) exige que le fioul ne soit pas totalement abandonné dans le projet Prométhée, pour éviter toute rupture d'approvisionnement «en cas de mauvaise récolte.»

 

 

[1] La centrale thermique affichera une puissance de 120 MWe, contre 10 MWc pour la partie solaire.

[2] La puissance installée de Dégrad-des-Cannes est de 72 MWe. La centrale abrite aussi une turbine à combustion de 40 MW.