FreeNow accélère à son tour sur la décarbonation

Le 15 janvier 2021 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
37 % du parc automobile de Free Now est composé de véhicules hybrides et électriques.
37 % du parc automobile de Free Now est composé de véhicules hybrides et électriques.
PxHere

Après Uber et Bolt, au tour de Free Now d’annoncer des mesures d’allègement de son impact carbone. Un mouvement global salué par Transport&Environment, qui relève néanmoins des points de vigilances.

 

L’opérateur de VTC européen Free Now a présenté son programme Move To Net-Zero,  qui vise la neutralité carbone à horizon 2030. L’entreprise ambitionne de véhiculer la moitié de ses clients en véhicule électrique d’ici à 2025. La totalité des courses seront électriques en 2030. Avant l’échéance, l'entreprise  compensera ses émissions de CO2. Actuellement, 37 % de son parc automobile est composé de véhicules hybrides et électriques.

Dans le détail, la co-entreprise de Daimler et BMW va investir 100 M€. Cette manne servira notamment à subventionner l’achat de voitures électriques par les chauffeurs. En Grande-Bretagne, Free Now prévoit d’électrifier la totalité de sa flotte d'ici à 2025. Sur son application, priorité sera donnée aux modes de transports durables et à la micro-mobilité (trottinettes, vélos et scooters électriques).

Free Now va également travailler avec sa société sœur Charge Now, qui exploite 175.000 points de recharge à travers le vieux continent. Objectif : offrir des tarifs préférentiels aux conducteurs utilisant sa plateforme.

Première ? Pas vraiment

Transport & Environment (T&E), rappelle qu’il a fait pression, avec d’autres ONG, sur Uber l'année dernière afin que le leader des VTC verdisse son offre. C’est chose faite.  «Cela fait suite à la campagne de 11 mois de Transport & Environment (T&E) qui a conduit Uber à annoncer qu'il électrifierait la moitié de ses trajets en Europe d'ici 2025», s’auto-congratule l’ONG bruxelloise. Uber avait aussi annoncé dans la foulée un Plan Air Pur en France visant à lever 75 M€ d'ici à 2025 afin d’aider les chauffeurs tricolores à acheter des voitures électriques. Plus largement, le groupe s'est engagé à devenir une plateforme entièrement zéro émission d'ici à 2040 et dès 2030 en Europe et en Amérique du Nord. Coût total du plan : 800M€. En décembre dernier, c’était au tour de Bolt. Plus timide, l’opérateur avait annoncé qu’il donnait la priorité à une transition zéro émission à Londres et qu’il réduirait son empreinte carbone à travers l’Europe en actionnant des mécanismes similaires à ceux de ses concurrents.

Points de vigilance

Pour T&E, aucun doute, les opérateurs vont de l’avant, et les politiques annoncées porteront leurs fruits en plus d’avoir «un effet d’entraînement considérable». Les prochains efforts à faire concernent plutôt les infrastructures de recharge que les véhicules. Sur ce point, T&E applaudit une fois de plus les opérateurs.

Bon élève, Uber s’est déjà engagé à investir 5 M£ à Londres afin de déployer des infrastructures de recharge dans les quartiers populaires, où vivent nombre de leurs chauffeurs. T&E invite dans le même temps les municipalités à «déployer l'infrastructure de recharge nécessaire et adapter les réglementations locales pour accélérer l'adoption de véhicules zéro émission». Les autres flottes urbaines à fort kilométrage – comme les sociétés de taxi et de livraison – sont, elles aussi inviter à s'électrifier.